•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accueil plus qu'enthousiaste pour le projet d'école de médecine à Rimouski

La docteure Gabrielle Gagnon est la parole-parole des médecins favorables à l'implantation d'un campus décentralisé de médecine à Rimouski et dans l'Est-du-Québec
La docteure Gabrielle Gagnon est la parole-parole des médecins favorables à l'implantation d'un campus décentralisé de médecine à Rimouski et dans l'Est-du-Québec Photo: Radio-Canada / Simon Turcotte
Radio-Canada

« Extrêmement satisfait ». Les mots sont du maire de Rimouski, Marc Parent, mais ils résument parfaitement les réactions au projet bonifié d'un campus décentralisé de médecine à Rimouski et dans l'Est-du-Québec présenté jeudi par l'Université Laval.

Un texte de Denis Leduc

Celle à l'origine du mouvement qui a rassemblé 170 médecins du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie en faveur d'un campus décentralisé de médecine dans nos régions accueille très positivement la nouvelle mouture du projet.

La docteure Gabrielle Gagnon estime qu'il répond aux attentes des médecins d'ici. Elle se réjouit de l'intention de la Faculté de médecine de l'Université Laval de former dans la région le maximum d'étudiants que Rimouski pourra accueillir.

Je pense que l'on pourra y aller avec le même minimum que dans les autres facultés décentralisées soit 18 ou 20 élèves les premières années et, tranquillement, on pourra augmenter.

Gabrielle Gagnon, m.d., CISSS du Bas-Saint-Laurent

Réactions politiques

Le ministre Jean D'Amour, le député Harold LeBel et le maire Marc Parent ont tous exprimé leur satisfaction quant au nouveau projet de l'Université Laval.

Celui-ci prévoit, pour sa partie Est-du-Québec, la construction d'un pavillon d'enseignement à Rimouski pour la formation de base et la participation des médecins de la plupart des hôpitaux du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie-Les Îles, de la Côte-Nord et de Chaudière-Appalaches à la formation des externes, soit les troisième et quatrième années d'études.

Les élus ont tous salué l'importante mobilisation des deux dernières semaines, ce qui explique, selon eux, le nouveau projet présenté jeudi. Pour le maire de Rimouski, les médecins ont été le point central de la mobilisation.

Quand ils ont dit oui, on veut que ça se fasse, cela a dissipé toutes les inquiétudes.

Marc Parent, maire de Rimouski
Marc Parent, maire de RimouskiMarc Parent, maire de Rimouski Photo : Radio-Canada

Des médecins, des élus de tous les partis politiques, tout le monde a travaillé ensemble pour démontrer qu'on était capable de le faire et aujourd'hui on est satisfait.

Harold LeBel, député de Rimouski
Harold LeBel, député de RimouskiHarold LeBel, député de Rimouski Photo : Capture d'écran - site internet de l'Assemblée nationale du Québec

Ce fut une mobilisation efficace de la région. Il n'y a pas eu de bataille; il y a eu un sain dialogue et ça donne cela comme résultat.

Jean D'Amour, ministre responsable du Bas-Saint-Laurent au sein du gouvernement du Québec
Le ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Jean D'AmourLe ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amour Photo : Radio-Canada

De Gatineau où il participe au congrès de l'Union des municipalités du Québec, le maire Parent répétait sa fierté devant « deux semaines de grande mobilisation et de solidarité régionale » en prédisant que « l'on va tous en bénéficier dans les années à venir ».

Bas-Saint-Laurent

Santé