•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le hockey, un vecteur d’intégration au Manitoba

Un homme pose devant la glace d'une arena de hockey
Nassim Hamlaoui, joueur professionnel de soccer en Algérie, est arrivé à Winnipeg en novembre. Photo: Nassim Hamlaoui
Radio-Canada

Le parcours fulgurant des Jets dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2018 réjouit les partisans de la première heure. Et, parmi les plus enthousiastes, il y a des Manitobains arrivés de pays lointains, pour qui le hockey a joué un rôle essentiel dans leur intégration.

Quatre ans après son arrivée du Sénégal, Oumou N’Diaye compte parmi les plus ferventes partisanes des Jets. Elle analyse les forces et les faiblesses des joueurs de l’équipe, dont elle connaît les noms par cœur, et maîtrise les règles du jeu.

« Avant de venir au Canada, je ne savais même pas ce qu’était le hockey », dit-elle.

Oumou N'Diaye a découvert le hockey en suivant des cours d’anglais, à son arrivée à Winnipeg. « Ma professeure était une vraie partisane des Jets. Alors pour participer aux discussions, j’ai commencé à suivre, à me renseigner. Et j’ai aimé », dit-elle en souriant.

Une femme portant un gilet mauve pose devant une bibliothèque.Oumou N'Diaye est arrivée du Sénégal il y a quatre ans et a découvert le hockey grâce à ses cours d'anglais. Photo : Radio-Canada


« Cela a facilité la communication, parce que, dès que tu arrivais quelque part et que tu parlais de hockey, les gens commençaient à discuter », ajoute-t-elle, vantant les mérites du hockey pour faciliter son installation dans son nouveau pays.

Un lien grâce aux enfants

Lysiane Romain, elle aussi, a trouvé grâce au hockey un moyen de tisser de liens au Manitoba.

Arrivée de Belgique, il y a 10 ans, c’est ici qu’elle a assisté à son premier match, grâce notamment à ses enfants. « Mes garçons ont commencé à s’y intéresser et à jouer, et c’est devenu une passion pour eux. »

Une passion contagieuse, puisque Lysiane Romain l’avoue aisément, aujourd’hui, le hockey, c’est sa vie d’hiver.

Quatre personnes jouent au hockey, le gardien bloque le but.L'un des fils de Lysiane Romain, arrivée de Belgique il y a 10 ans, joue au hockey comme gardien de but. Photo : Lysiane Romain

« Je dis toujours que, pendant l'hiver, ma vie sociale tourne pas mal autour du hockey, s’amuse-t-elle. Cela nous occupe pratiquement tous les soirs de la semaine, entre les deux enfants. Le plus grand joue gardien de but, et le plus jeune joue ailier gauche. Alors, c’est là qu’on socialise, qu'on rencontre d'autres enfants. »

Du soccer au hockey

Ce qui est peut-être plus surprenant, c'est que la fièvre du hockey gagne même des partisans d’autres sports. C’est le cas de Nassim Hamlaoui, joueur de soccer professionnel, arrivé d'Algérie en novembre. Il garde un souvenir mémorable du premier match auquel il a assisté à la Place Bell MTS.

« C’était quelque chose de nouveau pour moi, mais ce sport m’a vraiment impressionné. L'engouement qu'il y a autour des Jets, la ferveur à chaque match et l’ambiance qu’il y a à l’intérieur. »

Et ce n’est pas vraiment par hasard que Nassim Hamlaoui s’est intéressé au hockey. « Je sais que c’est le sport numéro un au Canada. Alors, cela nous permet, à nous qui sommes nouveaux résidents, de nous intégrer, de connaître cette culture », confirme-t-il.

Enfin, dernier signe que ces trois partisans venus d’horizons différents sont tout aussi mordus que le reste de la population : ils suivent avec la même angoisse les affrontements entre les Jets et les Golden Knights. En espérant voir la marée blanche l’emporter sur le doré de Las Vegas.

Avec des informations de Camille Gris-Roy

Manitoba

Hockey