•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Des centaines de millions d'abeilles mortes au Canada

    L'Association des apiculteurs de l'Ontario rapporte qu'entre 50 et 80% des abeilles sont mortes ce printemps.

    Photo : Getty images/iStock

    Radio-Canada

    C'est la catastrophe pour les apiculteurs d'un bout à l'autre du pays. Selon des données préliminaires, la moitié des abeilles du Canada pourraient avoir trouvé la mort ce printemps. Radio-Canada a appris que les apiculteurs du Québec sollicitent l'aide du gouvernement provincial, comme l'ont fait leurs collègues de l'Ontario.

    Un texte de Thomas Gerbet (Nouvelle fenêtre)

    « On a perdu 80 % de nos abeilles », se désole Gabrielle Nadeau, apicultrice à Kapuskasing, dans le nord de l'Ontario. Elle n'est pas la seule. Un apiculteur ontarien sur trois rapporte des pertes de plus de 70 %, selon les données de l'Association des apiculteurs de l'Ontario.

    « Il est démoralisant et dévastateur pour des apiculteurs de subir de telles pertes, dit Jim Coneybeare, le président de l'Association. Les abeilles sont trop importantes pour tout le monde. Nous ne pouvons pas laisser cette industrie échouer. »

    Le nombre de colonies mortes ou faibles est étonnant. Ces pertes pourraient s'avérer les pires qui n'ont jamais été enregistrées.

    Jim Coneybeare, président de l'Association des apiculteurs de l'Ontario.

    Partout au pays

    Les apiculteurs de MartinGill Bees, à Saint-Anicet en Montérégie, ont constaté de nombreux décès d'abeilles ce printemps. Ils accusent les pesticides néonicotinoïdes. Des tests en laboratoire devront le prouver.

    Les apiculteurs de MartinGill Bees, à Saint-Anicet en Montérégie ont constaté de nombreux décès d'abeilles ce printemps. Ils accusent les pesticides néonicotinoïdes. Des tests en laboratoire devront le prouver,

    Photo : Courtoisie MartinGill Bees

    Les scènes d'hécatombe se répètent d'un bout à l'autre du Canada. L'Association des apiculteurs de l'Alberta constate des pertes bien supérieures aux années précédentes.

    « Les données préliminaires montrent des pertes de plus de 40 % dans la province », rapporte le président de l'Association de la Saskatchewan, Jake Berg. Au Nouveau-Brunswick aussi le printemps est difficile. Seule la Nouvelle-Écosse semble être passée au travers de la catastrophe, avec des pertes semblables à celles des années précédentes.

    Les causes possibles de ces fortes mortalités sont diverses et restent à clarifier. Il y a le printemps tardif qui a affaibli les abeilles. Il y a toujours le varroa, un acarien qui les tue depuis des années, et puis les fameux pesticides néonicotinoïdes qui sont montrés du doigt.

    Nombreuses mortalités au Québec

    La Fédération des apiculteurs du Québec estime les pertes à plus de 50 %. « Cette année, plusieurs membres m’appellent pour me dire qu’ils ont perdu 50, 60, même 80 % de leurs ruches », raconte le président de la Fédération, Stéphane Leclerc.

    Il encourage ses membres à rapporter les pertes auprès du ministère de l'Agriculture qui est en train de compiler les données. Le gouvernement prévoit déjà que l'année sera pire que les précédentes (21 % de pertes en 2017 et 16 % en 2016).

    De son côté, la Financière agricole rapporte des indemnisations quatre fois plus élevées que pour toute l’année dernière. Au 31 mai, elle avait versé 720 000 $ à des apiculteurs québécois. Il faut aussi mentionner que beaucoup ne sont pas assurés.

    Des conséquences sur la production de fruits et légumes

    Gros plan sur une abeille dans un bouquet de fleurs blanches.

    Une abeille en pleine récolte de pollen.

    Photo : iStock

    Le problème du déclin des abeilles n’est pas à prendre à la légère. Grâce à la pollinisation, elles sont responsables de près de 90 % des productions de bleuets, de pommes, de canneberges, de concombres et de framboises.

    « Les producteurs ont besoin des abeilles pour avoir de meilleurs fruits, pour avoir une plus grosse quantité, explique Stéphane Leclerc. Donc, si on ne réussit pas à fournir la quantité demandée, ils vont perdre leur production. »

    Appels à l'aide des gouvernements

    Dans une lettre obtenue par Radio-Canada, datée du 28 mai, la Fédération des apiculteurs québécois sollicite une rencontre avec le ministre de l'Agriculture Laurent Lessard, dans l'espoir d'obtenir un soutien financier. Les apiculteurs de l'Ontario ont fait la même démarche au début du mois de mai.

    Pour le moment, le Québec ne s'engage pas à apporter une aide financière. Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) explique qu'il soutient les apiculteurs en leur offrant gratuitement les services de médecins vétérinaires.

    « Le MAPAQ est également sensible à la problématique des cas suspectés d’empoisonnement d’abeilles par des pesticides », dit la porte-parole Yohan Dallaire Boily.

    Des abeilles de l'Australie pour sauver la production de miel

    Photo : iStock

    Dans les circonstances, la production de miel devrait diminuer partout au Canada, cette année. Les apiculteurs sont nombreux à recourir aux services d'importateurs d'abeilles pour repeupler leurs ruches.

    « On a fait venir six chargements par avion de l'Australie. C'est une année record, raconte Joël Laberge de la compagnie Stan Abeilles Importation, en Montérégie. Les autres années, c'était un ou deux. »

    Au total, il a fait venir plus de 150 millions d'abeilles destinées au Québec et à l'est du Canada. « Tout le monde nous appelle, tous ceux qui sont en manque », raconte Joël Laberge.

    Dans le même temps, des scientifiques de partout sur la planète appellent les décideurs politiques à restreindre l’utilisation des pesticides « tueurs d’abeilles ». Et ils demandent d’agir vite, avant qu’il ne soit trop tard.

    Protection des espèces

    Environnement