•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

300 ans d'histoire à l'abri dans les voûtes du Centre du patrimoine

Vieux livres empilés
Des milliers de documents, certains vieux de 300 ans, sont à l'abri dans les voûtes du Centre du patrimoine de Saint-Boniface. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Vingt ans après la construction du Centre du patrimoine, situé en plein coeur du quartier de Saint-Boniface à Winnipeg, les artéfacts qui permettent de reconstituer l'histoire francophone et métisse de l'Ouest continuent de s'y accumuler... au grand bonheur de ceux qui tentent de retracer leur passé.

Un texte de Geneviève Lapalme

Plus de 300 ans d’histoire vivent à l’intérieur des murs du Centre du patrimoine, qui célèbre cette année son 20e anniversaire.

Le centre d’archives se démarque grâce au nombre et à la qualité des documents en lien avec l’histoire francophone et métisse des provinces de l’Ouest.

La dernière lettre écrite par Louis RielLa dernière lettre écrite le 15 novembre 1885 par Louis Riel est conservée au Centre du patrimoine de Saint-Boniface. Il fait ses adieux à sa famille, la jour avant sa pendaison. Photo : Radio-Canada

« Notre mandat est de conserver des archives qui documentent les francophones et les Métis de l’Ouest, mais surtout du Manitoba. Un mandat qui est reconnu par les archives provinciales », explique le directeur du Centre du patrimoine, Gilles Lesage.

Ce sont ces particularités qui attirent une clientèle ciblée : celle qui s’intéresse à connaître sa généalogie.

Gilles Lesage, directeur du Centre du Patrimoine.Gilles Lesage, directeur du Centre du patrimoine. Photo : Radio-Canada

« Parmi les chercheurs généalogiques, on retrouve les personnes qui veulent une preuve d’ascendance métisse. Comme nous avons des documents qui appuient chacun des liens qu’il y a dans un arbre généalogique, ça nous permet de produire des preuves d’ascendance métisse », explique Gilles Lesage.

Passé et avenir du Centre du patrimoine

L’édifice construit au coût de 3 millions $ en 1998 était alors à la fine pointe de la technologie, notamment en raison d'un système de chauffage, ventilation et conditionnement d'air (CVCA) grâce auquel les voûtes sont à l'épreuve de l'humidité. Ce système permet au Centre du patrimoine, encore aujourd’hui, de respecter les normes internationales en termes de conservation d’archives.

Plan de construction du Centre du PatrimoineC'est la firme d'ingénieurs Cibininel Architects qui a créé les plans de la construction du Centre du Patrimoine. Le bâtiment sera terminé en 1998. Photo : Radio-Canada

Deux décennies plus tard, le Centre du patrimoine doit toutefois relever de nombreux défis technologiques pour conserver les archives.

« Le système de ventilation a une durée de vie d’environ 25 ans, ce qui signifie que nous devons commencer à penser à le remplacer. Nous évaluons l’option de la géothermie, un système beaucoup moins énergivore que celui qui est actuellement utilisé », explique Gilles Lesage.

L’espace limité est aussi au cœur des préoccupations du centre d’archives qui abrite environ un kilomètre de documents. L’ajout d’étagères amovibles sur rails est prévu d’ici la fin de l’année.

« C’est étonnant le nombre de documents analogiques que nous recevons chaque année. Il faut optimiser l’espace de rangement », souligne Gilles Lesage.

L'avenir dans un nuage?

Une autre mission des archivistes consiste à transposer les données contenues sur de vieux supports multimédias avant que les appareils qui permettent leur lecture ne disparaisse.

Disque datant de 1943Ce disque contient le premier enregistrement francophone de l'Ouest du Canada. Un discours de l'Abbé Baudoux, enregistré en 1943. Seulement trois appareils peuvent encore lire ce support au Canada. Photo : Radio-Canada

« Au niveau des archives électroniques, c'est un défi qui est encore plus grand parce que, depuis 20 ans, les équipements changent régulièrement. Peut-être qu’éventuellement, tout sera numérisé, mais il y aura quand même des archives », conclut-il.

Francophonie

Société