•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

18 contraventions pour excès de vitesse en 80 minutes à Orléans

Deux policiers avec des radars.
Les agents du SPO Danny Laverge (à gauche) et Luc Mongeon (à droite) ont mis en place une opération radar sur le boulevard Jeanne-d'Arc à Orléans. Photo: Radio-Canada / Giacomo Panico
CBC

Le Service de police d'Ottawa (SPO) a délivré 18 contraventions pour excès de vitesse en 80 minutes dans la zone scolaire près de l'école primaire Terry-Fox, à Orléans.

Moins d'une minute après avoir pointé son radar sur le boulevard Jeanne d'Arc, jeudi matin, l’agent Luc Mongeon a arrêté le conducteur d'une Volkswagen Jetta qui roulait à 68 km/h dans la zone scolaire, où la limite est de 40 km/h, le matin et l'après-midi.

« Son permis est expiré depuis l'année dernière, ses plaques sont expirées et il n'avait aucune preuve d'assurance », a déclaré M. Mongeon.

« Tout le monde me dit qu'ils sont de bons conducteurs »

Le rythme n'a pas ralenti par la suite. En l'espace de 80 minutes, l’agent et son partenaire Danny Laverge ont donné 18 contraventions pour excès de vitesse et 8 autres contraventions pour diverses infractions, comme des plaques expirées ou des vignettes manquantes.

Le policier Luc Mongeon a entendu plusieurs excuses lorsqu’il a délivré des constats d'infraction au cours des 17 dernières années.

« Les gens se dirigent vers le travail, ils sont en retard, ils ont des rendez-vous et ils ignorent la loi », a-t-il déclaré. « Tout le monde me dit qu'ils sont de bons conducteurs ou qu'ils ne font pas de la vitesse, je dis : « Vous avez probablement dépassé la limite régulièrement, vous n'avez tout simplement pas été pris par la police. »

L’agent Mongeon mentionne que les bienfaits de la diminution de la limite de vitesse dans les zones scolaires ont été démontrés.

« Les choses se passent devant eux, il y a un temps de perception, un temps de réaction et cela compromet la distance de freinage, même si vous êtes un bon conducteur, il peut vous arriver quelque chose ou un enfant peut être tué », dit-il.

Un panneau qui indique zone scolaire et 40 km/h.La limite de vitesse dans la zone scolaire est de 40 km/h. Photo : Radio-Canada / Giacomo Panico

La police prône la prudence

M. Mongeon est conscient que de nombreuses personnes les ont repérés avec l'application Waze sur leur téléphone cellulaire.

L'application de navigation permet aux utilisateurs de géolocaliser une opération radar s'ils en détectent une. Ces informations sont téléchargées en temps réel et donnent aux autres utilisateurs de Waze une alerte sonore quand ils s'approchent de la zone, les avertissant de ralentir.

« À l'heure actuelle, 78 personnes nous ont localisés sur Waze », a déclaré le policier Danny Laverge, 90 minutes après la mise en place de leur opération. « C'est de la technologie, il n'y a pas grand-chose que nous puissions faire. »

Mais malgré l'application et l’implantation prochaine de radars photo en Ontario dans les zones scolaires, M. Mongeon pense qu'il aura toujours des chauffards fautifs pour le tenir occupé.

« Nous avons un impact dans la communauté et nous sommes appréciés par les résidents locaux. L'application de la loi est ma passion, je crois en la prévention, je le ferai jusqu'à ce que je prenne ma retraite », a-t-il dit.

Ottawa-Gatineau

Prévention et sécurité