•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle famille syrienne s’établit à Roberval

Deux personnes transportent une table d'un camion vers la maison.
Du mobilier a été recueilli pour meubler la résidence. Photo: Radio-Canada / Mélissa Paradis

Après plus de deux ans de démarches et d'attente, un couple de Syriens et leurs trois enfants vont s'établir bientôt à Roberval.

La famille s'est d'abord réfugiée au Liban pour fuir la guerre civile qui fait rage en Syrie. Ce sera la deuxième famille à s'établir au Lac-Saint-Jean, après celle parrainée par le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Des bénévoles ont préparé l'appartement dans lequel les réfugiés vivront le début de leur nouvelle vie.

« On met des meubles dans la maison. Cette semaine, on a fait la peinture. Ça fait du bien. On voit que ça arrive. C'est supposé être le printemps à cette période-ci. On voit dehors les bourgeons qui éclatent, alors c'est un petit peu le parallèle, l'image. C'est la vie qui se met en place », explique Sylvain Richer, vice-recteur de l'Ermitage Saint-Antoine.

Deux bénévoles installent de articles de cuisine dans l'appartement.Tout est réuni pour fournir un appartement entièrement meublé à la nouvelle famille. Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

La famille devrait arriver d’ici juillet. Si ces réfugiés peuvent aspirer à une vie meilleure, c'est grâce à un comité formé notamment de frères capucins de l'Ermitage Saint-Antoine et de la paroisse Notre-Dame-du-Lac-Saint-Jean.

« La vie est difficile là-bas parce que la sécurité, pour les enfants, c'est inquiétant. Ça fait qu'ils font attention, ils protègent tout le monde. Les deux plus vieux ne vont pas à l'école depuis deux ans parce que c'est extrêmement dispendieux et qu'ils n'ont pas les moyens », souligne Jocelyne Guénard, membre de la paroisse Notre-Dame-du-
Lac-Saint-Jean

L'organisme Portes ouvertes sur le lac accompagnera les membres de la famille dans leur apprentissage du français.

D'après le reportage de Mélissa Paradis

Saguenay–Lac-St-Jean

Société