•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chambre de commerce francophone de Saint-Boniface misera sur le réseautage

Une centaine de personnes assises autour de tables, sur des chaises le long des murs et debout en fond de salle écoute la présentation d'une personne à un lutrin devant un panneau.
Un rassemblement de la Chambre de commerce francophone de Saint-Boniface à Winnipeg. Photo: ICI Manitoba

La CCFSB a tenu son assemblée générale annuelle le 16 mai. C'était l'occasion pour le président de l'organisme, Philippe Richer, de faire le point sur une année de changements. Il souhaite entre autres mettre l'accent sur l'avantage purement économique d'être membre de la chambre de commerce.

M. Richer dit que l'année écoulée a permis à l'administration de se pencher sur le fonctionnement de la chambre elle-même.

Il soutient qu’une entente avec le World Trade Center de Winnipeg (WTC) pour gérer tout le travail administratif de la Chambre est un succès. Cette année, le WTC s’occupe désormais des volets supplémentaires du recrutement et celui des commandites.

Ce qui fait, ajoute-t-il, que la Chambre est maintenant bien accompagnée sur le plan administratif, le conseil d’administration formé de bénévoles peut donc se concentrer sur les « grands enjeux ».

Hausse des cotisations d’adhésion

Le prix des adhésions à la CCFSB a augmenté cette année. Une décision « évidente » selon M. Richer, car la chambre de commerce perdait de l’argent. Il affirme qu’il a personnellement rencontré les entreprises ciblées par la hausse.

« Les grandes entreprises [celles] de 50 employés et plus, c’est eux qui ont porté le plus gros fardeau de cette hausse », indique-t-il, en ajoutant que pour ces entreprises, l'augmentation des tarifs se chiffre dans les centaines de dollars.

Philippe Richer est assis derrière un microphone dans un studio.Philippe Richer, président de la Chambre de commerce francophone de Saint-Boniface. Photo : Radio-Canada

Il ajoute qu’il n’y a qu’un seul gros membre qui n’ait pas renouvelé son adhésion, car « la majorité a reconnu qu’il y avait une valeur ajoutée à être membre de notre organisation ».

La CCFSB a environ 180 membres.

Activités de réseautage

M. Richer explique que certains membres de la chambre de commerce sont de l’avis qu’elle est efficace quant à l’organisation d’événements comme la remise du prix de l’entrepreneur de l’année, mais quant à leur « raison d’être membre », accroître son chiffre d’affaires, il faut des améliorations.

Il va interroger les membres de CCFSB pour savoir quels sont leurs principaux défis, et quels sont leurs projets les plus intéressants. Les principaux défis des membres seront communiqués aux chambres de commerce de la province et du fédéral à but de faire du lobbying.

« Avec l'information de ce qu'ils font d’excitant, c’est l'information qu’on va partager avec nos membres. Pour que lorsqu'on a un autre membre qui cherche un service ou un produit, qu’il puisse dire : moi je veux faire affaire avec ce membre-là de la chambre de commerce », dit-il.

« Pas parce que je me sens obligé, ajoute M. Richer. Parce qu’on est dans une chambre de commerce francophone, mais parce qu’eux, ils offrent un service super intéressant ou un produit super innovateur. »

Le travail du futur, le travail qui s’en vient c’est justement mettre de l’emphase sur ce réseautage.

Philippe Richer, président de la CCFSB

La CCFSB organise justement un événement de réseautage le 20 juin : Jasons sur le pont. Ce 5 à 7 se déroulera sur l’Esplanade Riel, avec des membres de la chambre de commerce francophone et de la chambre de commerce de Winnipeg.

Avec des informations de Martine Bordeleau

Manitoba

Francophonie