•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Action Boréale lance une nouvelle mobilisation pour sauver le caribou de Val-d'Or

Des pierres tombales symbolisent les hordes de caribous disparues.
Action de Greenpeace à Gatineau pour la protection des caribous Photo: Toma Iczkovits/Greenpeace

L'Action Boréale lance la troisième phase de sa mobilisation pour sauver la harde de caribous forestiers de Val-d'Or.

Un texte de Marie-Hélène Paquin

Après avoir formulé des demandes aux deux paliers de gouvernement et avoir sensibilisé les biologistes, elle demande maintenant la mobilisation de ses membres et sympathisants, qui seront contactés au cours des prochaines semaines.

« On va leur demander d'intervenir. C'est une campagne qu'on faisait dans le temps par téléphone, mais ça va être une campagne [où, par exemple, on va leur demander] d'écrire sur la page Facebook du ministère, les sites du ministère de la Forêt et de la Faune, peut-être directement sur le site de monsieur [Luc] Blanchette », indique Henri Jacob, président de l'Action Boréale.

L'Action Boréale compte environ 1300 membres et de nombreux sympathisants.

Une pétition publique sera également lancée en ligne le 22 mai, afin de souligner la Journée mondiale de la biodiversité, en collaboration avec Greenpeace et Nature Québec.

Scinder le ministère

L'Action Boréale réitère également sa demande de scinder en deux le ministère de la Forêt et de la Faune, comme c'était le cas auparavant.

Même si en théorie, ça peut paraître logique, dans la réalité, maintenant, les biologistes qui représentent le secteur faunique n'ont plus rien à dire.

Henri Jacob, président de l'Action Boréale

Il trouve contradictoire que le même ministre gère les ministères qui ont pour mission le développement forestier et la protection de la faune et de la biodiversité.

Ne pas revenir dans le passé, dit Blanchette

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, répond à l'organisme que « des mesures ont été mises en place pour tenter de maintenir la population de caribous de Val-d’Or » au cours des dernières années.

Par courriel, ce dernier indique qu'il est impossible de « revenir sur les actions du passé ».

Il ajoute que « l’évolution des connaissances nous a amenés à mieux comprendre les besoins en habitat du caribou forestier » et que le ministère constate que l’habitat du caribou de Val-d’Or « est très perturbé ».

Le ministre ajoute qu’un nouvel inventaire sera effectué cet automne.

Abitibi–Témiscamingue

Environnement