•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour remercier la ville qui l'a accueilli, il vend de la crème glacée

Une homme et une femme dans une boutique, la femme tient un cornet de crème glacée.
Les saveurs des glaces de Joseph Chaeban s’inspirent de son patrimoine libanais. Photo: Radio-Canada

Joseph Chaeban a été appuyé par son quartier, à Winnipeg, pour amener au Canada des membres de sa belle-famille, réfugiés syriens. Il a décidé de régaler la communauté qui les a accueillis, en fondant un commerce de crème glacée artisanale. Son commerce fournit aussi de l'emploi aux rescapés de la guerre en Syrie.

Un texte de Gavin Boutroy

M. Chaeban, 35 ans, est né en Allemagne de parents libanais. En 1988, il a immigré au Canada. Avec sa conjointe syrienne, Zainab Ali, il a vécu à Hamilton, en Ontario, avant de s'établir à Winnipeg, en 2015. Fromager de métier, un art que pratiquait aussi son père, il travaillait à Santorini Dairies.

La famille de Mme Ali vivait au Liban et en Turquie. « En 2011, la guerre civile les a forcés à quitter la Syrie parce que la région où ils habitaient était bombardée. Ils ont connu beaucoup de difficultés », affirme Joseph Chaeban.

Il a donc contacté l'organisme South Osborne Syrian Refugee Initiative, afin de voir s’il pouvait parrainer la venue de la soeur, du frère et du cousin de son épouse, ainsi que celle de leurs enfants.

Deux boules de crème glacée rose dans un cornet. Une appétissante glace à la framboise? Non, c'est une crème glacée à la betterave et à la graine de pavot de Chaeban. Photo : Facebook/Kristi Nikkel

Des collectes de fonds organisées dans le quartier South Osborne à Winnipeg, ont permis de recueillir plus de 140 000 $ pour faire venir au pays les 13 réfugiés de la famille Ali, à compter de 2016.

« J’ai reçu des offres d’emploi de compagnies à l’extérieur de la province, mais je ne voulais pas quitter Winnipeg parce que c’est cette communauté qui a amené la famille de ma femme au Canada », déclare Joseph Chaeban. « Et si on allait faire quoi que ce soit ici, il fallait que ce soit à South Osborne. »

Au départ, il pensait ouvrir un restaurant libanais. Mais un ami, l’entrepreneur Darryl Stewart, l’a encouragé à faire usage de son savoir laitier. C’est alors que l’idée de fabriquer de la glace artisanale lui est venue. M. Stewart et lui sont devenus partenaires d’affaires.

Des glaces au fromage

L’immeuble de l’ancien glacier du quartier, Banana Boat, avait été démoli en 2016. Joseph Chaeban a choisi de s’installer dans le nouveau bâtiment construit sur cet emplacement, et ce, au grand bonheur des occupants de la résidence pour aînés à une centaine de mètres du commerce. L’ancien Banana Boat était en effet la destination de choix des familles qui rendent visite à leurs grands-parents.

Chaeban Ice Cream a ouvert ses portes le 21 décembre 2017, le premier jour de l’hiver.

La réaction du monde était incroyable, toute la boutique était pleine et j’étais sous le choc de voir qu’ils faisaient la file dehors dans le temps glacial.

Joseph Chaeban, fromager de seconde génération converti à la crème glacée

Les saveurs des glaces de Joseph Chaeban s’inspirent de son patrimoine. Celle qui s’appelle Abir Al Sham, par exemple, est fabriquée avec une recette syrienne : fromage ricotta, eau de fleur d’oranger, eau de rose, pistache et noix de cajou.

Il utilise du fromage dans ses crèmes glacées pour leur donner une texture plus satisfaisante.

« J’ai compris combien M. Chaeban travaillait fort, combien il était intelligent, et combien son sens de l’humour était bien développé, affirme le copropriétaire, Darryl Stewart. Et ce sont, je crois, trois ingrédients clés pour être un entrepreneur. »

Je suis convaincu que ce sera un succès.

Darryl Stewart, copropriétaire

Depuis que le temps se réchauffe à Winnipeg, les affaires sont « formidables », selon Joseph Chaeban. Trois membres de la famille de sa soeur travaillent désormais dans le commerce.

Avec des informations de Trevor Lyons et de Cameron MacLean

Manitoba

Société