•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles mesures au conseil scolaire de Toronto après la noyade d'un élève

Le portrait d'un jeune homme
Jeremiah Perry, 15 ans, s'est noyé dans le lac Big Trout le 4 juillet dernier Photo: Radio-Canada / Photo offerte par la police

Le Conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB) a mis en place de nouvelles règles après la mort d'un élève de 15 ans l'été dernier lors d'une sortie scolaire dans le parc Algonquin. Les mesures doivent être entérinées en septembre prochain.

Les nouvelles mesures détaillées dans un rapport et appliquées depuis septembre dernier incluent un second test de natation obligatoire sur le site de la sortie scolaire. L’élève, un parent et le directeur de l’école doivent être informés des résultats du test et des gilets de sauvetage doivent être portés en permanence, « sans exception », dit un rapport présenté mercredi.

Selon Manon Gardner, la directrice du conseil scolaire et l'auteur du document « il est différent de faire un test de natation dans une piscine que dans un milieu naturel, dans une rivière, dans l’eau froide ».

Si un élève ne réussit pas le second test, il ou elle pourra faire d’autres activités pendant la sortie, a-t-elle précisé.

« Ce sont de belles expériences pour l'enrichissement personnel et l'éducation des élèves et nous ne voulons pas les arrêter », a ajouté Robin Pilkey, la présidente du conseil scolaire, mercredi.

« Le plus important est que nous avons travaillé sur nos procédures pour nous assurer que la sécurité était primordiale », a-t-elle ajouté.

Jeremiah Perry était l’un des 33 élèves de l’école secondaire C.-W.-Jefferys du nord de Toronto qui participaient à voyage scolaire d’une semaine pour faire du canot sur le lac BigTrout, lorsque l’accident est survenu au début du mois de juillet 2017.

Après la mort de l’adolescent, le conseil avait rapporté qu’environ la moitié des élèves qui participaient à la sortie n’avaient pas réussi le test de natation, mais avaient quand même été autorisés à y aller.

Si le rapport présenté mercredi fait référence à la mort de Jeremiah Perry, il n’en explique pas les causes.

Robin Pilkey a expliqué qu’elle ne pouvait pas discuter de ces questions, parce qu’une enquête de police est en cour.

Selon elle, le comité de gouvernance du conseil scolaire public anglais de Toronto doit officialiser les mesures contenues dans le rapport en septembre prochain.

Toronto

Éducation