•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Traitement des eaux usées : Cap-Chat tente de rattraper son retard

De l'eau grise jaillit d'un trou sur la plage, et s'écoule vers le fleuve.
Les eaux usées de Cap-Chat sont déversées directement dans le fleuve. Photo: Jean-Louis Arsenault
Radio-Canada

La Ville de Cap-Chat doit entériner jeudi le plan d'intervention qui lui permettra de lancer des appels d'offres pour la construction d'une usine de traitement des eaux usées, attendue depuis près de 40 ans.

Un texte de Catherine Poisson

Cela fait quelques mois que la Ville et le Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT) sont en discussion pour finaliser ce plan d'intervention.

La Ville doit faire approuver ce document par le ministère avant de pouvoir lancer des appels d'offres.

« Le plan d'intervention devait être complété par notre ingénieur, ce qui est fait à l'heure actuelle. Jeudi, on devrait l'entériner pour le transmettre au MAMOT pour approbation finale », explique le directeur général de la Ville de Cap-Chat, Yves Roy.

L'échéancier plausible pour la réalisation finale des travaux de construction, c'est de mai 2020 à octobre 2021. On va faire tout notre possible pour entrer dans ces dates-là.

Yves Roy, directeur général et greffier de la Ville de Cap-Chat

En 2015, le coût du projet était évalué à 18 millions de dollars, avec une contribution de 83 % de la part du gouvernement. Aujourd'hui, la Ville attend le rapport final de son ingénieur pour se prononcer sur les coûts et sur le montant qui sera fourni par Québec.

« On a fait des demandes au ministre Pierre Moreau et il y aura sûrement d'autres discussions, mais je pense que les portes sont ouvertes à améliorer le financement », observe M. Roy.

Un retard à rattraper

Mardi, des photos montrant l'écoulement des eaux usées sur la plage de Cap-Chat ont ravivé la colère des citoyens, qui se plaignent de la lenteur du dossier.

« On est en retard de quelques mois, mais on est capable de se rattraper », admet M. Roy.

Il faut dire que cela fait moins d'un an que la nouvelle administration, élue en novembre dernier, a hérité de ce dossier qui traîne depuis 1981. « Disons qu'on a mis les bouchées doubles », affirme le directeur général.

Ce nouveau souffle est grandement apprécié des citoyens qui sont las d'attendre, comme Julie-Christine Faurous. « Je sais qu'avec la nouvelle administration le dossier avance. Il a été au ralenti pendant des années », déplore-t-elle.

Un filet d'eau grise s'écoule sur la plage, où on peut voir plusieurs déchets.Les citoyens se plaignent que des déchets, comme des mouchoirs et des tampons, se retrouvent parfois sur la plage de Cap-Chat. Photo : Jean-Louis Arsenault

La Ville assure que la situation observée sur les photos est due à un bris d'émissaire et qu'en temps normal, les eaux usées sont déversées directement dans le fleuve et qu'elles ne sont pas visibles de la plage. La situation devrait être corrigée d'ici trois semaines, selon M. Roy.

De son côté, Mme Faurous affirme que cette sortie d'égoût apparaît sur la plage chaque fois que la marée est très basse, ce qui se produit assez rarement, selon elle.

Ça nous rappelle que nous espérons depuis longtemps que le dossier aboutisse.

Julie-Christine Faurous, résidente de Cap-Chat

« Le tuyau s'obstrue puis se déverse d'un coup, ce qui occasionne ce que vous voyez sur les photos », explique-t-elle.

Elle ajoute que cette situation fait en sorte que des déchets se retrouvent sur la plage et dans l'eau du fleuve et que de mauvaises odeurs peuvent être senties dans la municipalité, selon la direction du vent.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique municipale