•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Manitobains doivent redoubler de prudence face aux tiques

Les tiques à pattes noires sont actives dès que la neige fond et elles peuvent transmettre la maladie de Lyme.
Les tiques à pattes noires sont actives dès que la neige fond et peuvent transmettre la maladie de Lyme. Photo: Radio-Canada

La belle saison signe le retour des activités d'extérieur, mais également le retour des tiques dans la province. Comme chaque année, l'association Lyme Manitoba met la population en garde contre cet acarien et donne des conseils pratiques pour s'en prémunir.

Selon Lyme Manitoba, deux microorganismes viennent s'ajouter aux dangers que peuvent représenter les tiques à pattes noires dans les forêts et les sous-bois.

La bactérie Borrelia Miyamotoi et le virus Powassan (aussi connu sous le nom de virus de la tique à pattes noires) ont été détectés sur des tiques à pattes noires attrapées dans la région.

Lyme Manitoba indique par ailleurs qu'une récente étude de séroprévalence, menée au Manitoba, a mis en évidence la présence de la Borrelia Miyamotoi chez des personnes chez qui la maladie de Lyme avait été détectée il y a plusieurs années.

Culture de la prévention

L'association précise qu'avant 2018 il n'y avait pas de tests effectués sur les Manitobains pour détecter ces microorganismes.

« Les gens doivent être conscients qu'une morsure peut arriver à n'importe quel moment de l'année et que, donc, il faut cultiver une culture de la prévention contre les tiques », explique Marnie La Page, l'une des porte-parole de Lyme Manitoba.

« Cela veut dire s'assurer que l'on fait tout ce qu'il faut pour se protéger lorsque l'on va à l'extérieur, mais aussi vérifier méticuleusement que l'on n’en a pas sur soi une fois de retour chez soi », ajoute Mme La Page. Selon elle, ces conseils sont valables tout au long de l'année et pas seulement pendant la saison estivale.

Deux tiques responsables de la maladie de Lyme sur un doigt.Deux tiques responsables de la maladie de Lyme . Photo : iStock

Marnie Le Page ajoute qu'il est extrêmement important de bien procéder à l'extraction des acariens une fois qu'on les a détectés.

« Si la tique n'est pas complètement enlevée, on est à risque de contracter une maladie », explique-t-elle.

Augmentation des cas de maladie de Lyme

« Nous avons trouvé quelques tiques qui étaient porteuses du virus Powassan, qui est un virus que nous connaissons depuis longtemps, mais qui avait été observé jusqu'ici en Ontario, au Wisconsin et au Minnesota, mais pour la première fois, nous avons trouvé sa trace au Manitoba », indique Richard Rusk, qui travaille comme médecin hygiéniste en santé pour la province.

Il explique que ce virus véhiculé par la tique est proche de la maladie de Lyme et cause les mêmes symptômes.

La province reconnaît une nette augmentation de la population de tiques à pattes noires et, de ce fait, des cas de maladie de Lyme liés à des morsures de tiques dans les dernières années. En 2009, 11 cas avaient été signalés, et en 2017, ce nombre est monté à 56.

Un homme assis devant une étagère de livres. Dr Richard Rusk, médecin hygiéniste en santé pour le Manitoba. Photo : Radio-Canada

« Nous avons toujours suspecté que cela arriverait, en partie à cause du changement climatique, mais aussi du flux des oiseaux migrateurs venant du Sud, explique le Dr Rusk.

« Aujourd'hui, les Manitobains doivent redoubler de prudence, car ils courent plus de risques qu'il y a 10 ou 15 ans. »

Risque d'infection limité

Il reste que le risque d'infection par les tiques concerne principalement la tique à pattes noire. Il est donc inutile de paniquer à la vue de simples poux de bois qui pullulent au Manitoba.

Pour l'entomologiste Kateryn Rochon, chercheuse à l'Université du Manitoba, il ne faut pas céder à la panique.

« De toutes les tiques qui ont été ramassées au Manitoba, il y en a moins de 10 qui portaient le virus Powassan, et personne n'a été infecté, cela représente moins de 1 % des tiques qui pourraient transporter le virus », explique-t-elle.

Une carte du Manitoba avec des ronds jaunes qui indiquent les zones à risque pour les tiques à pattes noires. Répartition des zones à risque au Manitoba en ce qui concerne les tiques à pattes noires, responsables de la maladie de Lyme. Photo : Radio-Canada

Toutefois, elle insiste sur l'importance de toujours enlever immédiatement une tique lorsqu'on en trouve une.

« Dans le cas de la maladie de Lyme, la contamination se fait après au moins 24 heures. Dans le cadre du virus Powassan, c'est beaucoup plus rapide, mais c'est extrêmement rare. En règle générale, peu de gens savent reconnaître les espèces de tiques à qui ils ont à faire », souligne-t-elle.

Elle précise tout de même qu'entre 20 et 25 % des tiques à pattes noires du Manitoba sont infectées avec la bactérie qui cause la maladie de Lyme.

Éviter les morsures de tiques :

- Porter des vêtements longs, clairs, unis et fermés (fixer le bas de pantalon dans les chaussettes).

- Utilisation de répulsifs à moustiques

- Contrôle visuel systématique au retour de chaque sortie (aisselles, plis des genoux, pubis, nombril, cuir chevelu, arrière des oreilles)

Que faire en cas de morsure :

- Utiliser une pince à bouts pointus pour l'enlever soigneusement sans écraser le corps de la tique

- Marquer la date dans un calendrier pour garder une trace en cas d'infection

Manitoba

Santé publique