•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qualité de l'eau : un drapeau pour rassurer les baigneurs à Cap-Pelé

 La plage de l’Aboiteau obtient une certification internationale.
La plage de l’Aboiteau obtient une certification internationale. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Soleil, sable, eau et vacances ... des milliers de personnes se rueront bientôt sur les plages du Nouveau-Brunswick. Alors que plusieurs plages de la province ont eu mauvaise presse l'an dernier en raison de la piètre qualité de l'eau, la plage de l'Aboiteau à Cap-Pelé vient de recevoir une certification internationale. Le village espère ainsi se démarquer.

Un texte de Wildinette Paul

« Avec tout ce qui se passe avec les plages du Nouveau-Brunswick. C’était dans notre stratégie verte », déclare Serge Léger, maire du village de Cap-Pelé.

Des problèmes de coliformes fécaux ont joué sur la réputation des plages du Nouveau-Brunswick. À la plage Parlee à Shediac, par exemple, plusieurs vacanciers ont été privés de baignade en raison d’une mauvaise qualité de l’eau.

On veut rassurer le monde.

Serge Léger, maire de Cap-Pelé

Entre échantillonnage, rampe pour personne à mobilité, protection des dunes et station de sauvetage, l’obtention de la certification a couté 120 000 dollars au village.

La certification assurera les touristes que les installations de l'Aboiteau sont propres, gérées de manière écologique et sont sécuritaires pour la baignade, croit le maire de Cap-Pelé.

Le drapeau du Pavillon Bleu.C'est un pavillon bleu comme celui-ci qui sera hissé pour la première fois le 17 juin sur une plage du Nouveau-Brunswick. Photo : Getty Images / Kerem Yucel

Une fois n’est pas coutume

Si un drapeau bleu sera hissé sur la plage de l'Aboiteau en 2018, elle devra maintenir les standards annuellement prévient Kelsey Scarfone, directrice du programme Pavillon Bleu.

« Le test de l’eau est obligatoire toutes les semaines. La plage devra aussi renouveler sa certification chaque année », ajoute-t-elle.

La plage Aboiteau est la première eau salée à détenir ce type de certification au pays. « Au Canada, les eaux douces sont souvent testées donc les informations publiques sont plus disponibles. Mais l’Aboiteau a été très proactif. »

27 plages canadiennes ont la certification Pavillon bleu.27 plages canadiennes ont la certification Pavillon bleu. Photo : Radio-Canada

1250 $ par an pour un drapeau

Pour prouver qu’elle mérite le statut de Pavillon bleu, la plage devra débourser 1250 $ l'année.

Un coût pas si nécessaire, selon le professeur en gestion environnementale à l’Université de Moncton.

« On a déjà les mesures, dit-il. En appuyant cette démarche, ça déborde du cadre : est-ce qu’il y a un risque pour la santé. Mais on se demande plus si ça va nous rapporter de l’argent. »

Alain Patoine croit que le maintien du standard sera le réel défi. « C’est beau d’adopter une certification, mais les bonnes pratiques vont-elles être mises en application. »

Qui sera le prochain ?

Le ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture tente d’obtenir une certification pour la Plage Parlee d’ici 2019.

« À ma grande surprise, j’ai vu que la plage Parlee était dans le processus de l’obtenir aussi, mentionne le maire de Shediac, JacquesLeblanc. Je suis un des fervents de cette certification-là. »

« Cette certification crée un climat de confiance, d’intégrité et de qualité et ça enlèvera un stigma sur la plage Parlee et ça réintégrera une compétence professionnelle », espère M. Leblanc.

Nouveau-Brunswick

Environnement