•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conflit à Gaza : un médecin canadien dit avoir été atteint par balle aux jambes

Photo d'un homme en tenue de médecin bleue et de six autres hommes portant des dossards oranges.
Tarek Loubani (en bleu) en compagnie de collègues dans une photo prise le 11 mai Photo: Twitter/Tarek Loubani

Le docteur Tarek Loubani testait de l'équipement médical pour aider des manifestants palestiniens blessés à la frontière de Gaza lorsque des tireurs d'élite israéliens auraient ouvert le feu sur le personnel médical duquel il faisait partie, lundi dernier.

Un texte de Philippe de Montigny

Dr Loubani et des collègues étaient à Gaza pour un projet spécial : ils fabriquaient des garrots grâce à des imprimantes 3D et s'en servaient pour ralentir le saignement des manifestants palestiniens blessés à la frontière.

Lui et d’autres bénévoles de l’équipe médicale étaient un peu à l’écart de la manifestation au moment où la violence a éclaté.

Tout d’un coup, j’ai entendu une forte détonation et je me suis retrouvé au sol. J’ai regardé ma jambe et je saignais

Dr Tarek Loubani

La balle a traversé son mollet gauche et son genou droit et a endommagé des tissus mais aucun os n’a été fracturé, dit-il.

L'urgentologue croit que les tireurs israéliens ciblaient son équipe médicale. Il dit qu'il portait son sarrau vert du Centre des sciences de la santé de London et, selon lui, 18 autres membres de l'équipe médicale ont été atteints par balles.

Photo de deux hommes portant des dossards ornagesLes ambulanciers Moumin Hmaid et Musa Abuhassanin (à d.). Ce dernier a sauvé la vie à Tarek Loubani pour ensuite être tué. Photo : Twitter/Tarek Loubani

Tarek Loubani se considère chanceux. Par contre, l'ambulancier qui lui a sauvé la vie, Musa Abuhassanin, a eu moins de chance.

« En essayant d'aider un autre patient, une heure plus tard, l'ambulancier a été tué, atteint par balle à la poitrine et il est mort », dit-il.

La confrontation de lundi a été la plus meurtrière depuis 2014 : les forces israéliennes auraient tué au moins 59 Palestiniens et en aurait blessé plus de 2700, selon Reuters. Israël dit défendre sa frontière et accuse le Hamas d'avoir organisé une attaque terroriste.

Le président de l’organisme Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient, Thomas Woodley, affirme que tirer sur du personnel médical est interdit par la Convention de Genève.

« Dr. Loubani et ses collègues portaient clairement des vêtements de médecins et auraient dû être épargnés de toute violence », dit-il.

Dans un communiqué, Affaires mondiales Canada a répondu que le secrétaire parlementaire Omar Alghabra et des agents consulaires ont contacté la famille du Dr Loubani, mardi.

« Le Canada est attristé et déplore la violence survenue dans la bande de Gaza. C’est outrant et inexcusable que des civils, des journalistes, des secouristes et des enfants fassent partie des victimes », affirme Adam Austen, porte-parole du ministère.

Pour sa part, Tarek Loubani est toujours à Gaza après avoir reçu son congé de l’hôpital. Il anticipe qu'il devra passer quelques mois loin de l'action, le temps de guérir et de pouvoir marcher à nouveau.

Avec les informations de CBC

International