•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa est prêt à indemniser Kinder Morgan pour mener à terme Trans Mountain

Le reportage de Louis Blouin
Radio-Canada

Le gouvernement fédéral est prêt à indemniser la compagnie Kinder Morgan pour les pertes encourues par les tentatives de la Colombie-Britannique de faire obstruction au projet Trans Mountain, explique le ministre des Finances Bill Morneau.

« L’indemnisation permettrait à Kinder Morgan de terminer ce qu’elle a commencé et ce pour quoi elle a reçu les approbations du fédéral et de la Colombie-Britannique », a déclaré le ministre lors d’une conférence de presse, mercredi, à Ottawa.

En tant que gouvernement, nous devons nous assurer que la règle de droit est respectée et que les investisseurs ont la certitude requise pour terminer l’expansion du projet Trans Mountain parce qu’il est dans l’intérêt national de le faire.

Bill Morneau, ministre des Finances du Canada

Il s’agissait de la première mise à jour détaillée du ministre sur ce que le gouvernement est prêt à faire pour sauver ce projet controversé. Bill Morneau avait été mandaté par Justin Trudeau pour travailler avec Kinder Morgan afin de trouver des solutions pour que le projet aille de l’avant.

Cette déclaration a eu lieu la même journée où les actionnaires de Kinder Morgan se rencontrent à Calgary. Elle a permis de réitérer l’appui du gouvernement au projet, mais également de mettre publiquement de la pression sur la pétrolière. Les investisseurs n’ont posé aucune question lors de l’assemblée générale annuelle.

Au début du mois d'avril, Kinder Morgan a évoqué la possibilité d'abandonner le projet et elle a suspendu les activités non essentielles et les dépenses lui étant associées. La compagnie a notamment cité l'opposition contre le projet menée par le gouvernement de la Colombie-Britannique pour justifier cette décision.

Ottawa prêt à indemniser Kinder Morgan

« Une situation exceptionnelle »

Le ministre n’a pas précisé la limite des indemnisations possibles. « C’est une situation exceptionnelle », s’est-il contenté de dire. Il a également soutenu que, si la pétrolière se retire du projet, le gouvernement rembourserait tout autre investisseur voulant y prendre part.

Il a ajouté que tout soutien fourni par le Canada pour s’assurer de l'achèvement du projet devait être juste et équitable et profiter à tous les Canadiens.

La pétrolière a déclaré le 31 mai comme date butoir pour obtenir les garanties que le projet pourrait aller de l'avant.

John Horgan tenu responsable

Le ministre Bill Morneau n’a pas mâché ses mots à l’égard de la stratégie du premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan. « Les intentions avouées du premier ministre Horgan sont de faire tout ce qu’il peut pour stopper le projet, ce qui est délibérément inconstitutionnel, a lancé le ministre. Ce sont des défis qui mettent en péril le gagne-pain de milliers de Canadiens de même que leurs familles. »

Le premier ministre britanno-colombien s’est de son côté défendu en disant que les nombreux recours judiciaires entrepris contre le projet montrent qu’il n’est pas le seul à le mettre en péril.

[Bill Morneau] devrait regarder l'échec d'Énergie Est. Il devrait regarder l'échec de Keystone et de nombreux autres projets. J’ai dit ce que j’ai dit que je ferais et je défends les intérêts des Britanno-Colombiens.

John Horgan, premier ministre de la Colombie-Britannique

« Nous n’allons pas négocier en public »

Kinder Morgan réagit favorablement aux déclarations du ministre Morneau. La compagnie dit apprécier le fait que le gouvernement fédéral reconnaisse que la Colombie-Britannique crée de l’incertitude autour du projet et qu’une compagnie privée ne peut pas résoudre des conflits politiques entre des gouvernements. Elle souhaite avoir les garanties que le pipeline pourra être construit en Colombie-Britannique et souhaite pouvoir assurer une protection adéquate aux actionnaires du projet. « Nous n'allons pas négocier en public », est-il par ailleurs écrit dans un communiqué.

Réactions mitigées

La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, est satisfaite de la position adoptée par Ottawa. La dirigeante a aussi tenu à rappeler que sa province doit adopter mercredi le projet de loi 12 qui vise à limiter les exportations de pétrole vers d’autres provinces pour deux ans.

Je suis prête à fermer le robinet.

Rachel Notley première ministre de l'Alberta

Il s’agit d’un moyen de représailles contre la Colombie-Britannique qui fait obstacle à l’expansion du pipeline.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, a critiqué la proposition du gouvernement Trudeau : « Seulement Justin Trudeau peut prendre un projet que les Canadiens appuient, qui crée des milliers d’emplois et qui aide
notre économie et le faire financer par les contribuables ».

Sur Twitter, le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, a pris le parti de la Colombie-Britannique en déclarant qu’il « est clair que ce pipeline ne devrait pas être construit ». Le politicien envisage de se présenter dans la circonscription de Burnaby-Sud près de Vancouver, laissée vacante par Kennedy Stewart. La question de l’expansion de Trans Mountain est un sujet sensible puisque les mairies de Burnaby et Vancouver s’opposent depuis longtemps à ce projet de pipeline.

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière