•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fédération québécoise des municipalités réclame une politique de décentralisation

Plan moyen de M. Demers.

Jacques Demers, président de la Fédération québécoise des municipalités, lors de son passage à la Commission de l’aménagement du territoire sur l’accès aux services financiers de proximité

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) profite de son passage à la Commission de l'aménagement du territoire sur l'accès aux services financiers de proximité pour interpeller le gouvernement sur l'importance de contrer le déplacement des activités économiques et gouvernementales vers les grands centres.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Comme le montrent la fermeture récente de la Caisse de Rivière-Pentecôte et les protestations contre la centralisation des services de santé, la tendance à la centralisation ne semble pas s'arrêter sur la Côte-Nord.

En entrevue à l'émission Bonjour la Côte, le président de la FQM, Jacques Demers, prend l'exemple des domaines « de la finance, de l'immobilier et de l'assurance ». Selon lui, de 2012 à 2017, les régions ont perdu 29 % de leurs emplois dans le secteur au profit des centres urbains.

Avec Internet, avec nos nouveaux moyens, on pourrait être partout sur le territoire.

Jacques Demers, président de la Fédération québécoise des municipalités

Il dit ne pas comprendre ce mouvement vers les centres urbains, alors que les régions sont « dans une période où il y a beaucoup d'emplois ». « Il me semble qu'on aurait une période parfaite pour faire l'inverse », ajoute-t-il.

Jacques Demers rejette l'argument du gouvernement voulant que la dévitalisation repose sur la décision des entreprises privées de s'implanter en ville. Selon lui, de nombreux ministères pourraient établir des bureaux régionaux. « Si on veut réussir à faire de l'immigration, il faudrait être capable d'avoir des gens du gouvernement qui sont sur notre territoire, qui connaissent notre territoire et qui savent comment le vendre », cite-t-il en exemple.

On ne veut pas juste aller chercher des cerveaux ou des bras pour nos entreprises, on veut aller chercher des familles, des gens qui vont se joindre à nos communautés pour y habiter.

Jacques Demers, président de la Fédération québécoise des municipalités

Le premier geste concret pour revitaliser les régions, selon le président de la FQM, serait l'implantation d'une connexion Internet à haute vitesse partout au Québec. Tous les grands partis ont fait état de leur volonté d'appliquer des politiques en ce sens.

Il souhaite également la collaboration avec Postes Canada pour offrir des services financiers de proximité, ce que suggère par ailleurs le Parti québécois.

Jacques Demers compte profiter des élections provinciales pour mettre de la pression sur les partis politiques pour qu'ils adoptent une politique nationale de déconcentration des services gouvernementaux. « Les six prochains mois seront essentiels », conclut-il.

Côte-Nord

Politique régionale