•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin du lock-out à l’UQTR

Fin du lock-out à l'UQTR
Radio-Canada

Le recteur de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) Daniel McMahon a levé le lock-out mercredi matin.

« J’ai obtenu l’engagement ferme du premier ministre et de madame David, notre ministre de l’Enseignement supérieur, que le gouvernement avait l’intention de légiférer, mais qu’avant de le faire il voulait donner une dernière chance à la négociation », dit-il.

Daniel McMahon a affirmé que, dans ces conditions, il a choisi de lever le lock-out.

« On sait que s’il n’y a pas entente, il y aura une législation qui sera adoptée avant la fin de la session, ce qui va permettre aux étudiants dès demain matin de retourner en classe, et ce qui va permettre également à tous les étudiants qui veulent venir à l’UQTR pour la session d’automne de pouvoir y arriver en toute quiétude, parce que tout aura été réglé. »

Le recteur de l'Université du Québec à Trois-Rivières, Daniel McMahon.Le recteur de l'Université du Québec à Trois-Rivières, Daniel McMahon Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Une décision critiquée par le syndicat

Le président du syndicat des professeurs de l'UQTR, Ismaïl Biskri, n'a pas renouvelé sa confiance envers le recteur, répondant plutôt « on verra ça plus tard ».

Un protocole de retour au travail devra être négocié, et les professeurs auront peu de temps pour effectuer la correction des travaux dans les temps requis.

Une décision irresponsable, irréfléchie, et je vais m'arrêter là pour rester poli.

Ismaïl Biskri, président du syndicat des professeurs de l'UQTR
Le président du syndicat qui représente les professeurs de l'UQTR, Ismaïl Biskri, commente la décision du recteur de lever le lock-out.Le président du syndicat qui représente les professeurs de l'UQTR, Ismaïl Biskri, commente la décision du recteur de lever le lock-out. Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Une loi spéciale attendue

Tôt mercredi, Radio-Canada a appris que le gouvernement pourrait déposer une loi spéciale pour mettre fin au lock-out à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

La loi spéciale lèverait le lock-out et proposerait une période de médiation de six mois, puis un arbitrage s’il n’y a pas d’entente, toujours selon différentes sources.

Mardi, la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, a participé à des réunions afin de déterminer ce que le gouvernement pouvait faire pour mettre fin au conflit.

Lors de son passage à Trois-Rivières mardi matin, Mme David disait que toutes les hypothèses étaient envisagées.

Parmi ces hypothèses, il y a le dépôt d’une loi spéciale à l’Assemblée nationale pour mettre fin au lock-out.

Le temps presse puisque les élus font relâche la semaine prochaine et que le gouvernement souhaite que les professeurs et les étudiants retournent à l’université à temps pour la session d’été.

La ministre de l'Enseignement supérieur Hélène David lors de son passage à l'UQTR pendant le lock-out.La ministre de l'Enseignement supérieur Hélène David lors de son passage à l'UQTR pendant le lock-out Photo : Radio-Canada

Le député de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la circonscription de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, espérait que le gouvernement intervienne avec une loi spéciale.

En entrevue à Facteur matinal, il a confirmé avoir eu des discussions en ce sens avec la ministre Hélène David lundi.

Avec les renseignements de Sébastien Bovet

Mauricie et Centre du Québec

Politique