•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prison Central Nova : moins de barrières entre détenus et gardiens

Un petit comptoir non protéger face aux tables dans l'aire commune. En arrière-plan, des portes des cellules.

Le bureau des agents correctionnels est intégré à l'aire commune dans l’Établissement correctionnel Central Nova.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les agents correctionnels de la plus importante prison provinciale de la Nouvelle-Écosse vont être amenés à interagir plus directement avec les détenus.

L’établissement correctionnel Central Nova, dans le parc industriel de Burnside, à Dartmouth, subit des travaux de rénovation d’environ 6,8 millions de dollars. Il adopte notamment un modèle de surveillance directe.

Les détenus ont toujours des cellules selon la configuration habituelle, mais dans l’aire commune on enlève un mur. L’espace sera plus grand. Les agents correctionnels n’auront plus un bureau protégé par des murs et des vitres. Le bureau sera intégré à l’aire commune.

Le concept doit faciliter l’interaction des agents avec les détenus, expliquent les autorités. Un agent sera toujours présent quand des détenus se trouveront à cet endroit, alors qu’auparavant la surveillance était intermittente, ajoutent-elles, et les agents pourront répondre aux besoins des détenus plus rapidement.

Les autorités espèrent aussi que ces changements feront diminuer les tensions entre les détenus et les agents correctionnels.

« On a des preuves que ce modèle réduit le nombre, la sévérité et la durée des incidents. Le modèle de surveillance immédiate a la possibilité et la probabilité de faire tout ça », affirme Tim Carroll, surintendant de l’établissement correctionnel Central Nova.

Le syndicat est inquiet

Le syndicat qui représente les agents correctionnels s’inquiète pour la sécurité de ses membres. Il croit au contraire que les tensions risquent d’augmenter entre des détenus dans cette grande aire commune.

« Avant, les agents correctionnels avaient leur espace et les détenus avaient leur espace. Ils interagissaient lorsqu'il le fallait. Maintenant, les employés sont en quelque sorte placés dans l'espace des détenus et ça peut créer des situations de haute tension », craint Jason MacLean, président du syndicat des employés du gouvernement de la Nouvelle-Écosse.

Le syndicat ajoute qu’il poursuit les discussions avec l’employeur pour que tout soit fait de façon sécuritaire. Il demande notamment le respect d’un ratio raisonnable d’agents correctionnels dans l’aire commune.

Avec les informations de Nahila Bendali

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !