•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trans Mountain : la Saskatchewan veut des mesures de représailles contre la C.-B.

Des travailleurs préparent le terrain pour l'expansion de l'oléoduc Trans Moutain.
Le projet Trans Mountain triplerait la capacité de transport de pétrole lourd par ce pipeline de l'Alberta jusqu'à Burnaby, en Colombie-Britannique. Photo: Associated Press / Darryl Dyck
La Presse canadienne

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, appelle Justin Trudeau à hausser le ton contre le gouvernement de la Colombie-Britannique en raison de son opposition au projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain.

M. Moe a soutenu mardi que le gouvernement libéral fédéral devrait retenir l'argent pour des projets d'infrastructure en Colombie-Britannique.

Il a fait valoir qu'il s'était passé un mois depuis la rencontre de M. Trudeau, à Ottawa, avec le premier ministre britanno-colombien John Horgan et la première ministre Albertaine Rachel Notley, sans que le gouvernement fédéral présente de pièce législative pour aider à faire progresser le projet d'expansion de l'oléoduc.

Le premier ministre de la Saskatchewan a tenu ces propos sur sa page Facebook, mardi, et en a remis par la suite à l'Assemblée législative de Regina.

Le projet Trans Mountain de 7,4 milliards de dollars triplerait la capacité de transport de pétrole lourd par ce pipeline de l'Alberta jusqu'à Burnaby, en Colombie-Britannique.

Kinder Morgan, l'entreprise responsable du projet d'oléoduc, a prévenu qu'elle pourrait l'abandonner d'ici le 31 mai si certains obstacles demeurent.

M. Moe a dit croire que le temps presse et qu'Ottawa doit agir.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, lors d'un point de presse.Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, presse Justin Trudeau d'agir dans le dossier de l'oléoduc Trans Moutain. Photo : La Presse canadienne / Mark Taylor

« Le premier ministre [Trudeau] a passé les deux dernières semaines à annoncer près de 200 millions de dollars en financement à Toyota, Rio Tinto, et Alcoa au Québec et en Ontario, tandis qu'il s'est contenté de paroles durant la dernière année et demie pour Trans Mountain, projet sur lequel dépendent des dizaines de milliers d'emplois du secteur énergétique dans l'Ouest canadien », a-t-il écrit sur Facebook.

Le premier ministre peut agir dès maintenant et utiliser les outils disponibles à son gouvernement, comme retenir le financement en infrastructure pour la Colombie-Britannique afin que le pipeline soit construit.

Scott Moe, premier ministre de la Saskatchewan

Prenant la parole à Calgary, M. Trudeau a affirmé que son gouvernement examinait les avenues législatives, financières et judiciaires pour faire progresser le projet Trans Mountain déjà approuvé par le fédéral. Il a toutefois ajouté qu'il ne négocierait pas en public.

Par ailleurs, le ministre des Finances Bill Morneau doit faire le point, mercredi, sur ses pourparlers avec Kinder Morgan, mais il ne devrait pas annoncer d'entente.

Le ministre a entrepris d'intenses discussions avec les représentants de l'entreprise, mais les deux parties n'ont pas encore annoncé un accord quant à une somme d'argent du fédéral.

Industrie pétrolière

Politique