•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mine de diamants : 150 postes en péril à Ekati

vue aérienne de la mine à ciel ouvert
La mine Ekati, située au nord-est de Yellowknife, exploite le diamant depuis 1998. Photo: Dominion Diamond Corporation

La minière Dominion Diamond Mines pourrait supprimer 150 emplois à la mine de diamant Ekati, au nord-est de Yellowknife. Une façon injuste d'augmenter la rentabilité, estime le syndicat des employés, alors que la compagnie, elle, dit vouloir contrer le haut taux d'absentéisme.

Dans une lettre envoyée à ses membres, mardi, le syndicat Union of Northern Workers a dévoilé que l’entreprise comptait remplacer ces postes par des travailleurs contractuels d'ici le 1er octobre 2018.

Le président du syndicat, Todd Parson, estime qu’il s'agit d’une mesure prise par la minière pour augmenter ses profits en éliminant certains coûts.

« Nous sommes très déçus de cette menace de l'employeur qui veut licencier 150 travailleurs syndiqués pour les remplacer par des contractuels », dit-il.

Il s’agit là d’une autre entreprise extérieure qui manque à son engagement envers les travailleurs du Nord.

Todd Parson, président, Union of Northern Workers

Tod Parson affirme que le syndicat « agira rapidement » en déposant des griefs et des plaintes pour pratiques déloyales auprès du Conseil canadien des relations industrielles.

Des hauts taux d'absentéisme

Dans un courriel, le directeur général de Dominion Diamond, Patrick Evans, a répondu ceci : « L'entreprise] envisage de sous-traiter certains postes de soutien aux opérations minières en raison de niveaux d'absentéisme inacceptables qui ont eu une incidence négative sur les frais d’exploitation. »

Selon le directeur général, la minière a invité le syndicat à présenter des propositions pour répondre à cette situation, qu’il qualifie de sérieuse et de non durable.

« Nous nous sommes engagés à examiner toutes les positions avancées par le syndicat », déclare Patrick Evans. « Cependant, si nous ne pouvons pas résoudre les problèmes en discutant avec le syndicat, la solution envisagée se poursuivra. »

Environ 500 membres du syndicat sont employés à la mine Ekati.

Grand-Nord

Emploi