•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal veut se libérer du « menottage » informatique

Un homme tape sur un clavier d'ordinateur portable.
La Ville s'engage à rendre publics les projets de logiciels et de matériel libres qu'elle réalisera. Photo: Associated Press
Radio-Canada

La Ville de Montréal prend officiellement le virage « libre » pour ses logiciels et son matériel informatique. La nouvelle politique de la Ville pour rendre ses services en technologie de l'information « ouverts, transparents et plus accessibles aux citoyens » a été présentée mardi par François William Croteau, responsable de la ville intelligente, des technologies de l'information et de l'innovation au comité exécutif.

« La Ville de Montréal s’engage à considérer systématiquement les solutions proposées par l’industrie du libre pour tous les remplacements ou développements de logiciels et de matériel », peut-on lire dans le document. La Ville compte aussi participer, avec des acteurs de l’industrie, au développement des produits qu’elle utilisera.

Le qualificatif de « libre » s’applique à des logiciels dont la licence permet à n’importe qui de les modifier ou de les adapter, et à des objets, dont les plans sont publics afin de permettre à quiconque de les fabriquer et de les distribuer.

À l'inverse, les licences des logiciels des grandes entreprises du monde informatique, comme Microsoft et Apple, ne permettent pas ce type d'utilisation.

Se libérer des licences

« Les solutions du libre vont permettre à Montréal de se libérer, d’une certaine manière, des licences et du menottage informatique », a affirmé M. Croteau lors de la conférence de presse.

Il a toutefois précisé que la Ville devait d'abord « se doter d’une expertise à l’interne en programmation informatique ».

Parmi les avantages de ce type de fonctionnement, il note :

  • La qualité des solutions informatiques;
  • La flexibilité et l’adaptabilité aux besoins;
  • La sécurité informatique;
  • La possibilité de collaborer avec d’autres acteurs du milieu municipal et avec des institutions publiques (Union des municipalités, gouvernements, etc.);
  • La possibilité de réaliser des économies d’échelle et de trouver des solutions à moindre coût.

Il a toutefois précisé qu’il n’était pas possible d’évaluer l’ampleur de ces avantages pour la Ville à ce stade-ci, même s’il est convaincu qu’à moyen terme, les processus seront plus « agiles » et plus « flexibles ».

« Si on est en mesure d’avoir des logiciels et du matériel plus flexibles et adaptables à nos besoins, plutôt que de s’adapter aux besoins des grandes entreprises, ça va nous permettre d’être meilleurs dans notre offre de services et de répondre aux besoins réels des citoyens », a-t-il dit.

M. Croteau a indiqué que le passage au « libre » était une priorité de Projet Montréal, mais qu’il avait d’abord fallu remettre à niveau le parc informatique de la ville, dont le taux de désuétude atteignait 90 % il y a trois ans.

Grand Montréal

Politique municipale