•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un parti marginal nord-ontarien comptera sur 8 candidats

Le chef du Nord de l'Ontario parti devant la roulotte de sa campagne électorale.
Trevor Holliday a succédé à Ed Deibel à la tête du Nord de l'Ontario Parti. Photo: Nord de l'Ontario Parti

Le Nord de l'Ontario Parti (NOP) a annoncé les noms des candidats qui le représenteront dans huit circonscriptions. C'est cinq de plus que le Parti héritage du Nord, son prédécesseur qui avait présenté trois candidats lors des élections provinciales de 2011 et de 2014.

Un texte de Miguel Lachance

Jacques Ouellette, un retraité de Canadien National, défendra les couleurs de ce tiers parti dans la nouvelle circonscription de Mushkegowuk-Baie James.

Il a habité à Hearst pendant 26 ans et dit bien connaître la région et ses enjeux.

Le portrait d'un homme se présentant aux élections provinciales.Jacques Ouellette se présente dans la nouvelle circonscription majoritairement francophone de Mushkegowuk-Baie James. Photo : Facebook / Jacques Ouellette NOP

M. Ouellette a longtemps hésité avant de se présenter. Il a finalement été convaincu par le chef Trevor Holliday et a déposé sa candidature quelques jours avant la date limite.

C’est à la suite d’une manifestation contre les tarifs d’électricité il y a trois ans que M. Ouellette a développé son intérêt pour la politique.

Un bandeau annonçant le dossier de Radio-Canada sur les élections provinciales en Ontario

« Le Nord n’est pas bien traité par Toronto, ajoute Jacques Ouellette pour expliquer son choix de se présenter pour le NOP. On sait qu’on ne gagnera pas beaucoup de sièges, mais nous allons travailler avec le gouvernement pour défendre les intérêts des Nord-Ontariens. »

En plus du prix de l’électricité, le candidat Ouellette a pour préoccupations les conditions des routes en hiver, le Cercle de feu et le transport ferroviaire pour passagers.

Dans la circonscription de Timiskaming-Cochrane, le Nord de l’Ontario Parti sera représenté par Shawn Poirier.

Je suis tanné de voir les coupures de services dans le Nord.

Shawn Poirier, candidat NOP Timiskaming-Cochrane

« Les députés [des partis traditionnels] redirigent l’argent vers le Sud pour des raisons électorales. Le Nord n’est pas important pour eux », ajoute M. Poirier.

Le camionneur a remarqué que la taille du territoire n’est souvent pas prise en compte dans le budget des organismes, surtout pour les coûts de déplacement.

Selon M. Poirier, les organisations locales du NOP fonctionnent comme des franchises.

Un homme portant des vêtements de son parti politique devant une porte.Shawn Poirier en sera à ses premières élections. Photo : Facebook / Shawn P. Poirier

Il y a un programme à respecter, mais la façon de le vendre est adaptée à chaque région.

« On est plus près des gens de notre circonscription », explique-t-il.

M. Poirier a également tenu à affirmer que le NOP avait à cœur la francophonie ontarienne, même si le site Web et le programme du parti ne sont disponibles qu’en anglais.

Les autres candidats

Trevor Holliday, le chef du NOP, se présente dans la circonscription de Nipissing.

Les autres candidats sont :

  • Gary Schaap (Timmins)
  • Tommy Lee (Algoma-Manitoulin)
  • Sandy Holmberg (Sault-Ste-Marie)
  • Andy Wolff (Thunder Bay-Supérieur Nord)
  • Kenneth Jones (Kiiwetinoong)

Nous sommes en train d’écrire l’histoire.

Ed Deibel, fondateur Parti héritage du Nord

M. Deibel est confiant pour l’avenir du parti entre les mains du chef Trevor Holliday.

« C’est un bon leader. Il a réussi à rassembler une jeune équipe très dynamique », dit-il.

Ed Deibel qui tient un document devant les bureaux de Purolator.Ed Deibel est fier de voir qu'il y a de la relève pour défendre les intérêts du Nord de l'Ontario. Photo : Facebook / Ed Deibel

M. Deibel affirme que les principes sur lesquelles sont bâtis le programme n’ont pas changé depuis la création du Parti héritage de l’Ontario il y a 40 ans.

Au sommet de cette liste est la transformation de plus de ressources naturelles dans le Nord de la province.

Selon M. Deibel, cela permettrait de créer des emplois, de réduire la dette du gouvernement ontarien et mieux financer la santé et l’éducation.

M. Deibel a ajouté que le NOP veut bâtir un meilleur Nord de l’Ontario pour tous, peu importe leur langue ou leur origine.

Une version précédente de ce texte identifiait le Nord de l'Ontario Parti comme un parti séparatiste. Mais contrairement au Northern Heritage Party qui existait dans les années 70 et 80, le programme du Nord de l'Ontario Parti ne prône pas l'indépendance de la région.

Politique provinciale

Politique