•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tolérance zéro pour le cannabis au volant, disent les chefs de police de l'Ontario

Gros plan sur un amas de ferraille qui a autrefois été une camionnette... Le conducteur textait au volant.
Carcasse d'une camionnette dont le conducteur textait au volant. Photo: Radio-Canada / Natasha MacDonald-Dupuis
Radio-Canada

Les chefs de police lancent un message clair : les patrouilleurs routiers de partout en Ontario auront une tolérance zéro pour le cannabis au volant.

Un texte de Natasha MacDonald-Dupuis

L'Association des chefs de police de l'Ontario a lancé mardi son programme annuel Drive Safe, qui vise à sensibiliser la population à la conduite en état d'ébriété et la conduite distraite.

Comme à l'habitude, les policiers ont présenté la carcasse d'une camionnette dont le conducteur textait au volant.

Mais à l'approche de la légalisation, l'attention est surtout tournée vers le cannabis.

Le THC, la substance active du cannabis, affaiblit les facultés cognitives, dont la concentration et la coordination. Plus la concentration de THC est élevée, plus ces effets seront importants.

Selon le projet de loi fédéral, conduire avec un taux de THC supérieur à 2 nanogrammes par millilitre de sang devrait devenir une infraction criminelle.

Mais la détection du taux de THC est beaucoup plus complexe que celle de l’alcool : seule une analyse sanguine permet de le calculer avec certitude. Même les scientifiques n'ont pas de réponse claire à la question liée aux facultés affaiblies et au cannabis.

C'est pourquoi, selon les chefs de police, il faut préconiser une politique de tolérance zéro.

« Nous attendons de voir ce que le gouvernement proposera en termes de tests, mais pour l'instant nous avons des agents spécialisés qui analysent les signes physiologiques et décident si des tests d'urine et de sang sont nécessaires au cas par cas ».

Une dizaine de policiers devant un podiumDes chefs de police de l'Ontario et des agents. Photo : Radio-Canada / Natasha MacDonald-Dupuis

Des contestations judiciaires?

En octobre, le gouvernement fédéral a admis qu'il s'attendait à des contestations judiciaires (Nouvelle fenêtre).

Contrairement à l'alcool, la législation proposée ne fournit aucune indication sur la quantité de marijuana qu'il faut consommer pour dépasser la limite légale.

Alcool contre cannabis

Le corps élimine l’alcool de manière assez régulière, ce qui permet d’évaluer précisément le taux d’alcool dans le sang en fonction de la quantité consommée, du genre et du poids de la personne.

Toutefois, le taux de THC dans le sang va varier selon les facteurs suivants :

- la quantité consommée et la concentration en THC du cannabis;

- la façon dont le cannabis a été consommé (fumé, mangé, etc.);

- la corpulence et le sexe de la personne;

- son état de fatigue;

- la régularité de sa consommation;

- la fumée secondaire.

Prévention et sécurité

Justice et faits divers