•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guy Cormier, « gardien de la rentabilité » de Desjardins

Le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier.
Guy Cormier croit que la croissance devrait s'axer dans des investissements de la propriété intellectuelle, la formation de la main-d’œuvre ainsi que la réduction du décrochage scolaire. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Radio-Canada

C'est avec passion, enthousiasme et clarté que le PDG de Desjardins Guy Cormier a témoigné lundi après-midi en commission parlementaire à Québec. Il a défendu devant les élus la stratégie de Desjardins dans les régions du Québec, son apport, sa place, son engagement dans les petites communautés. Une chose m'a vraiment marqué : Guy Cormier envoie un message très clair en faveur de la rentabilité de Desjardins.

Une analyse de Gérald Fillion

Nous ne sommes pas un service public, a-t-il dit en commission, nous ne sommes pas un organisme sans but lucratif, a-t-il ajouté en entrevue à RDI économie, l’émission que j’ai le plaisir d’animer depuis 10 ans sur ICI RDI, mais qui est aussi diffusée dans les régions du Québec après le Téléjournal local de 18 h, sur ICI Radio-Canada Télé.

Partout dans les régions, le message de Guy Cormier est ainsi entendu. Et il est clair : « la Caisse Desjardins, a-t-il dit, elle appartient à ses membres. Elle n’appartient pas aux citoyens du Québec et elle n’appartient certainement pas aux élus. La Caisse Desjardins, c’est une entreprise privée qui appartient à ses membres. [...] Nous, on est là pour servir nos membres, pas l’ensemble des citoyens du Québec. »

Les mots sont choisis et Guy Cormier avait, lundi, un message précis et bien assumé à livrer. En commission parlementaire, il a dit qu’il est « clair, clair, clair que ce n’est pas la volonté des dirigeants, ce n’est pas la volonté de nos employés et ce n’est pas ma volonté de réduire l’offre de service en régions. Mais, en bout de ligne, il y a un élément qui est important, c’est qu’on est aussi gardien de la rentabilité du Mouvement Desjardins. »

Desjardins n’est pas un organisme à but non lucratif, a précisé Guy Cormier à RDI économie. L’institution doit être rentable, solide, en plus d’avoir des réserves importantes afin de respecter les règles qui encadrent les institutions financières partout dans le monde.

Desjardins, plus présente en régions que les banques

Il y a 957 points de service de Desjardins au Québec et 30 % d’entre eux se trouvent dans des municipalités de moins de 2000 habitants. Et 75 % des points de service dans les zones rurales appartiennent à Desjardins. Si les banques misent surtout sur les grandes villes, Desjardins demeure largement présent dans les villes moyennes et les zones rurales.

Une fois ces faits établis, on doit, tout de même, se demander si Desjardins appuie trop son développement sur des impératifs de rentabilité. Comprenez-moi bien : Guy Cormier a raison de vouloir maintenir un réseau bien capitalisé. Mais plusieurs membres ont du mal à accepter les réductions de service en régions alors que Desjardins vient d’enregistrer des excédents de 2,15 milliards de dollars au cours de l’exercice 2017.

De 2012 à 2017, Desjardins a réduit de 20 % son nombre de points de service, passant de 1294 à 1032. Au cours de la même période, l’institution financière a aussi réduit son nombre de guichets automatiques de 18 %, passant de 2508 à 2049.

Les grandes banques canadiennes ont choisi de faire croître leur présence au Québec, surtout dans les villes, c’est important de le préciser. Ainsi, selon l’Association des banquiers canadiens, de 2012 à 2016, les banques ont fait passer le nombre de points de service de 1095 à 1110, une hausse de 1 %. Et le nombre de guichets automatiques est passé de 2981 à 3295, une hausse de 11 %.

Plus de rentabilité, c'est bon pour l'économie des régions

« Les gens disent : “Ah, c’est incroyable, deux milliards d’excédent”. Mais, Desjardins, je tiens à le rappeler, n’a pas accès aux marchés financiers pour émettre des actions, de par notre modèle coopératif, a tenu à préciser Guy Cormier à RDI économie. Alors, si on veut être capable de soutenir la croissance de nos prêts, nous, on doit maintenir de 15 à 20 % de nos réserves ».

Le PDG de Desjardins lie la rentabilité de son institution à sa capacité à investir et soutenir l'économie des régions.

Si on diminue la rentabilité chez Desjardins, ce qui pourrait se passer, c’est qu’on ne serait peut-être pas en mesure d’accompagner autant les régions, les entrepreneurs, les prêts hypothécaires, et ça viendrait réduire la capacité de Desjardins à influencer le développement économique au Québec.

Guy Cormier, PDG de Desjardins

Il est clair que Guy Cormier avait préparé avec soin ses messages pour la commission parlementaire lundi à Québec. C’est donc à l’aune de la rentabilité de l’institution qu’une grande partie des décisions sont prises chez Desjardins. Et, qu’on soit d’accord ou non avec ça, le discours assumé de Guy Cormier a le mérite d'exposer et de clarifier les priorités de Desjardins.

Économie