•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tom Wolfe, auteur du Bûcher des vanités, est mort

Tom Wolfe se faisait remarquer par ses habits de dandy, toujours élégamment vêtu.
Tom Wolfe, en 2013 Photo: AFP / Archives/Lluis Gene

Le journaliste et écrivain Tom Wolfe est mort lundi à New York, ont annoncé plusieurs médias américains. L'auteur du Bûcher des vanités avait 88 ans.

L’agente de Tom Wolfe, Lynn Nesbit, a confirmé la nouvelle. L’écrivain était hospitalisé à Manhattan pour une infection. Aucun autre détail n'a été communiqué.

Considéré comme un des créateurs du « nouveau journalisme », Tom Wolfe a marqué les esprits à partir des années 60 en utilisant des codes littéraires dans ses articles, tout comme l'ont fait Gay Talese, Truman Capote et Nora Ephron. Il se décrivait lui-même comme un grand admirateur des écrivains réalistes, à commencer par le Français Émile Zola.

Né à Richmond, en Virginie, il a amorcé sa carrière journalistique dans le Massachusetts, au Springfield Union, en 1957. Après avoir travaillé pour le Washington Post, Tom Wolfe s'est rendu à New York, où son goût pour les descriptions satiriques a fait sa renommée.

Énorme succès pour son premier roman

Après avoir publié plusieurs essais (dont The Right Stuff, sur les astronautes américains), il a sorti un premier roman en 1987, Le bûcher des vanités, qui a remporté un grand succès partout dans le monde. Il y décrit une New York gangrénée par le racisme et par l’obsession pour l’argent et le pouvoir.

Tom Wolfe a critiqué la frilosité des écrivains américains face aux problèmes sociaux contemporains. Il dénonçait ainsi les oeuvres de ses confrères qui ne faisaient que raconter leur propre vie, y voyant une menace pour le roman.

« Rien ne nourrit plus l'inspiration que les faits réels, avait-il indiqué à l'Associated Press en 1999. Comme on le dit souvent, c'est le genre de chose qui ne s'invente pas. »

Si ses intérêts pouvaient varier, ses récits avaient tous des points en commun. Tom Wolfe se plaisait à présenter l'homme comme un animal à la recherche d'un statut social, obsédé par l'opinion de ses pairs.

Le statut est dans l'esprit de tout le monde, que les gens en soient conscients ou non.

Tom Wolfe

Lui-même dandy, amateur de costumes clairs, vivant dans un appartement de 12 pièces dans le très chic Upper East Side de Manhattan, il reconnaissait faire très attention à sa réputation.

Il se différenciait de nombreux auteurs new-yorkais en ne cachant pas ses positions conservatrices. Tom Wolfe était notamment un grand partisan du président républicain George W. Bush.

Souvent acclamé par les critiques, il avait notamment reçu le American Book Award pour The Right Stuff. Le bûcher des vanités avait été en lice pour le prix du National Book Critics Circle, tout comme son roman suivant, Un homme, un vrai (A Man in Full), sorti en 1998.

Son dernier livre, Bloody Miami, a été publié en 2013.

En 1978, il a épousé Sheila Berger, directrice artistique du Harper's Magazine. Le couple a eu deux enfants.

Avec les informations de The New York Times

Livres

Arts