•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pressions pour demander une nouvelle école francophone à Saskatoon

Des élèves du pavillon élémentaire de l'École canadienne-française de Saskatoon écoutent leur enseignante en classe.
Des élèves du pavillon élémentaire de l'École canadienne-française de Saskatoon. Photo: Radio-Canada / Pascale Bouchard

Le Conseil d'école de l'École canadienne-française (ECF) de Saskatoon invite les parents d'élèves à écrire au premier ministre ainsi qu'au ministre de l'Éducation de la Saskatchewan pour demander une nouvelle école francophone dans la Ville des Ponts, car l'établissement manque de place.

« Nous avons soumis une lettre au nom du Conseil-école au premier ministre Scott Moe et au ministre de l'Éducation Gord Wyant pour vraiment souligner et leur donner le portrait de ce que nous vivons et leur demander une nouvelle école », a expliqué Camille Lapierre, présidente du conseil d'école.

« Les services spécialisés pour nos élèves doivent être offerts dans des locaux hors de l’édifice principal », a expliqué Camille Lapierre.

Camille Lapierre parle lors d'une entrevue dehors, devant un arbre.Camille Lapierre affirme que le manque d’espace compromet la qualité de l’éducation reçue par les élèves qui fréquentent l’École canadienne-française de Saskatoon. Photo : Radio-Canada

Elle précise que neuf salles de classe mobiles ont été aménagées à l'extérieur du pavillon élémentaire de l'École canadienne-française pour les élèves qui reçoivent des services spécialisés.

Le conseil d'école souligne que 20 nouvelles écoles ont été construites pour les élèves anglophones, mais aucune pour les élèves francophones.

La présidente affirme que le manque d’espace est tel, qu’il compromet la qualité de l’éducation reçue par les élèves qui fréquentent l’École canadienne-française.

Façade extérieur de classes portatives avec un arbre et un parc pour enfants à l'arrière.Neuf classes portatives ont été aménagées à l'extérieur du pavillon élémentaire de l'École canadienne-française de Saskatoon pour les élèves qui reçoivent des services spécialisés. Photo : Radio-Canada

Selon Camille Lapierre, des élèves manquent d'espace pour étudier.

« De petits groupes de travail se trouvent à devoir occuper n’importe quels espaces libres; que ce soit les couloirs, la salle du personnel, l’espace de photocopieuse et même sous des escaliers », a-t-elle déploré.

Elle ajoute qu’il y a également une pénurie de toilettes, ce qui cause du stress à plusieurs élèves.

Vraiment, on est dans une situation critique.

Camille Lapierre

De son côté, le ministre de l'Éducation, Gordon Wyant, a confirmé avoir reçu des lettres. Il a déclaré dans un courriel que son ministère est toujours en discussion avec le CEF pour répondre aux besoins particuliers de la division scolaire francophone dans toute la province.

Le CPIP salue l'initiative

Pour sa part, le Collectif des Parents inquiets et préoccupés (CPIP), qui a déposé un recours judiciaire contre le gouvernement de la province pour la construction d'une nouvelle école primaire à Regina, s'est dit heureux d'apprendre que le conseil-école de l'École canadienne-française entreprend des actions concrètes pour exiger que les élèves francophones de Saskatoon reçoivent une éducation équivalente aux élèves de la majorité anglophone.

Nous leur souhaitons du courage et du succès !

communiqué du CPIP

« Nous sommes également conscients que d'autres régions Prince Albert et Ponteix se trouvent dans le même besoin », a ajouté le CPIP.

Saskatchewan

Éducation