•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Face aux inondations, des habitants de Merritt se sentent abandonnés

Deux hommes transportent des sacs de sable.
Des bénévoles remplissent des sacs de sable à Merritt depuis la semaine dernière pour tenter de sauver les maisons de leurs voisins. Photo: Radio-Canada / Eva Uguen-Csenge
Radio-Canada

À Merritt où la rivière Nicola déborde et provoque des crues dans cette ville du sud de la Colombie-Britannique, certains habitants disent que la Municipalité ne s'est pas préparée suffisamment pour s'attaquer à la pire saison des inondations que connaît la localité depuis 1948.

Un texte d’Eva Uguen-Csenge

Greg Johnson, qui habite dans la 2e Avenue, est par exemple furieux de la situation. « On s’attend tous à une quantité d’eau dans les sous-sols, dit-il. On peut la pomper, mais on ne devrait pas être forcé à combattre l’eau de la rivière des deux côtés. »

La Ville a lancé plusieurs ordres d'évacuation et construit des barrages, mais il a fait 30 degrés Celsius, lundi, et la neige fond vite, ce qui cause des débordements de la rivière.

La maison de M. Johnson est entourée au nord et au sud par les eaux de la rivière Nicola.

Selon lui, c'est la faute de la Municipalité qui a construit une digue trop basse au nord du pont de la rue Vogt. Cela a causé une déviation de la rivière vers une trentaine de maisons de la 2e Avenue et de l'avenue Maxwell.

Ces maisons sont maintenant isolées par la déviation, au nord, et la rivière Nicola elle-même, au sud.

Bob Baird, ancien maire de Merritt, est d'accord qu'il y a eu un manque de préparation aux inondations : « Ils auraient pu dévier l’eau pour complètement éviter les maisons. »

Selon lui, cela fait des semaines que la Ville sait à quoi s'attendre, surtout après les inondations de l'année dernière.

M. Baird affirme qu'il n'a jamais vu une aussi mauvaise saison d'inondations depuis 1948.

Le maire de Merritt, Neal Menard, affirme que toutes les ressources possibles sont mobilisées pour répondre à la situation.

Au centre-ville, environ 50 000 sacs de sable ont été remplis par des bénévoles et des ouvriers depuis la semaine dernière.

Colombie-Britannique et Yukon

Conditions météorologiques