•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Camille Martin : pour le plaisir autant que pour la cause

Deux hommes portant des vestes de sauvetage, des casquettes, des lunettes fumées et des jupettes de kayak, font semblant de se battre avec les pagaies en guise d'épée. Derrière, on voit d'autres kayakistes, des kayaks sur le sol et un véhicule d'urgence.
Camille Martin (à gauche) a fait le défi en tandem, avec son collègue de travail, ce qui lui a permis de partager les joies et les difficultés... et de rigoler un peu. Photo: Radio-Canada

Deux filles en kayak vous proposent des entrevues intimistes avec d'anciens participants du Défi afin de sonder leur âme. Parce qu'on prend toujours un kayak...

Entrevue réalisée par Martine Côté et Andréanne Plante

Nom : Camille Martin, directeur informatique à la raffinerie Jean-Gaulin
Âge :
55 ans
Nombre de sorties en kayak avant le défi:
0

Pourquoi avez-vous décidé de participer au Défi Kayak?

La réponse, très franche : Valero cherchait des employés qui seraient intéressés à participer pour représenter la compagnie. Quatre jours sur l’eau à pagayer, ça effraie bien du monde, mais ça se fait très bien avec un minimum de préparation.

Pourquoi croyez-vous en la mission de Jeunes musiciens du monde?

Je pense qu’on est tous conscients que les jeunes n’ont pas tous les mêmes intérêts dans la vie et encore moins des opportunités égales. Des organisations comme Jeunes musiciens du monde sont essentielles afin de permettre au plus grand nombre de jeunes de trouver ce qui les allume (si c’est relié à la musique, bien entendu), de leur faire prendre confiance en eux et éventuellement de devenir des leaders. Valero est d’ailleurs très axé sur l’aide aux enfants et à la communauté. En tant qu’employé d’une entreprise d’envergure, je suis très conscient que je suis choyé et qu’il faut s’impliquer pour aider les gens qui ont moins de chance ou d’opportunités.

Que retenez-vous de votre aventure?

L’organisation impeccable, la collaboration entre les gens, la camaraderie et l’ouverture d’esprit.

Racontez-nous une anecdote cocasse...

Lors d’un souper, une dame assise à notre table avec son conjoint (un caméraman pour l’évènement) nous posait des questions, croyant que je participais au défi avec mon fils, alors qu’il s’agissait d’un collègue de travail de 33 ans. Mon collègue et moi avons commencé à répondre en faisant comme si on était étonnés qu’une telle idée puisse lui traverser l’esprit. Comme si j’étais offusqué qu’elle puisse me trouver si vieux. Évidemment, ce n’était pour nous qu’un jeu pour la mettre un tantinet mal à l’aise. Nous en avons tous bien rigolé par la suite.

Qu'avez-vous trouvé le plus difficile?

La première journée! Nous ne connaissions pas d’autres participants et c’était notre première journée à pagayer. Après avoir brisé la glace et fait la connaissance de participants, la magie s’est installée. Je participe encore cette année, puisque j’ai apprécié l’expérience.

Quel moment restera à jamais gravé dans votre mémoire?

Ça pourrait s’écrire au pluriel, car parcourir la distance Montréal-Québec, vue du fleuve, nous apporte une tout autre perspective. Surfer sur les vagues en kayak, c’est une expérience que je n’avais jamais vécue, tout comme voir le pont de Trois-Rivières passer de microscopique à gigantesque après plusieurs coups de pagaie. Si j'avais à retenir un seul moment, je dirais qu’il s’agit de l’arrivée à Québec, où l’on peut lire le sentiment d’accomplissement sur le visage de tout un chacun, la petite pincée au cœur de savoir que c’est terminé et que l’on doit quitter les gens avec qui on a eu tant de plaisir durant quatre jours consécutifs.

Quels conseils nous donnez-vous?

Suivez le programme d’entraînement proposé, faites-le en tandem, car cela permet de développer une belle complicité (et de prendre des pauses de temps à autre), achetez-vous de bons gants pour éviter les ampoules.

Le soleil est votre pire ennemi. Portez des manches longues ou prévoyez beaucoup de crème solaire. Pour terminer, soyez prêtes à le refaire l’année suivante pour le plaisir autant que pour la cause !

Sports et loisirs

Art de vivre