•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kennedy Stewart plaide coupable à une accusation d'outrage criminel

Kennedy Stewart devant la Cour suprême de la C.-B.
Kennedy Stewart a démissionné de son poste de député fédéral pour la circonscription de Burnaby-Sud pour se présenter comme maire de Vancouver. Photo: Radio-Canada / Daniel Beauparlant
Radio-Canada

Le candidat à la mairie de Vancouver Kennedy Stewart a plaidé coupable à une accusation d'outrage criminel à la Cour suprême de la Colombie-Britannique lundi.

Cette plaidoirie fait suite à son arrestation pour avoir manifesté contre le projet d’expansion du pipeline Trans Mountain, au terminal de Kinder Morgan, à Burnaby, le 23 mars dernier.

Ce jour-là en compagnie de la chef du Parti vert, Elizabeth May, l’ancien député néo-démocrate fédéral s'est joint à un groupe de manifestants qui a bloqué l’accès au site de la compagnie et ainsi violé une injonction de la cour qui interdisait à quiconque de s'approcher à moins de 5 m des lieux.

Un procureur spécial de la province a réclamé une amende de 500 $.

Poursuivre la lutte

« J’accepte l’entière responsabilité de mes actes », indique Kennedy Stewart, tout en s’engageant à poursuivre la lutte « pour arrêter ce très mauvais projet de pipeline ».

Malgré ce que le terme « outrage criminel » peut laisser entendre, il ne s’agit pas d’un crime jugé en vertu du Code criminel. Ce faisant, M. Stewart n’aura pas de casier judiciaire.

L’audience d’Elizabeth May est prévue le 28 mai.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique municipale