•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario émet une « alerte jaune »

Des captures d'écran des alertes Amber envoyées lundi en Ontario
L'alerte en français, envoyée près d'une demi-heure après celle en anglais, est truffée de fautes. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les ratés du système d'alerte ontarien pour téléphones intelligents continuent. Après un test au succès mitigé la semaine dernière, le texte de l'alerte Amber émise lundi matin a de quoi surprendre.

Un texte de Cédric Lizotte

« La Police provinciale de l’Ontario a délivré une alerte jaune. » C'est ce que disait la première phrase de l’alerte Amber diffusée lundi matin par la Police provinciale de l’Ontario au sujet de la disparition d'un garçon.

De plus, la version française – truffée de fautes – a été envoyée avec près de 30 minutes de retard par rapport à celle en anglais.

Le simple texte de l’alerte Amber, qui comprend un total de 94 mots, semble avoir occasionné des maux de tête au personnel de la Police provinciale de l'Ontario (PPO). Celui-ci se conclut de cette manière : « Le véhicule est étant argenté, été vue Canton de Gorham, Thunder Bay (sic) ».

Pourtant, la version française n’a pas été écrite à l’aide de logiciels de traduction gratuits, tels Google Translate ou Bing Microsoft Translator. Ces deux logiciels traduisent bien mieux le message de l’anglais au français que le personnel de la PPO.

Une capture d'écran de la traduction du message de la PPO faite à l'aide de Google Translate.La traduction de Google Translate était plus précise que celle de la PPO. Photo : Radio-Canada / Google Translate

Un système toujours défaillant

En plus de la traduction qui est remplie d’erreurs, le système d’envoi des alertes sur les téléphones cellulaires connaît encore des ratés.

L’alerte Amber a été envoyée deux fois lundi, à 11 h 36 et à 12 h 03.

Le premier message était entièrement en anglais, à l’exception des six derniers mots. Puisque le message était trop long, celui-ci était tronqué. Et puisque le texte en français suivait celui en anglais, c’est la version française qui a écopé.

Puis, près d’une demi-heure plus tard, une version en français – abrégée et truffée de fautes – a finalement été émise.

Malgré tous ces efforts, ce ne sont pas tous les téléphones intelligents qui ont reçu les deux alertes.

Les téléphones dont les systèmes d’exploitation n’ont pas été mis à jour, ceux qui ne sont pas compatibles avec le réseau LTE ou qui n’y sont pas connectés au moment où une alerte est lancée ne peuvent recevoir celle-ci.

Les responsables de l'alerte n'ont pas répondu à nos demandes d'entrevue.

Francophonie

Justice et faits divers