•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mère de Mahone Bay crée un répulsif pour contrer la maladie de Lyme

Lisa Ali dans un laboratoire portant un t-shirt annonçant son produit, AtlanTick.
Lisa Ali, de Mahone Bay, en Nouvelle-Écosse, a créé AtlanTick, un répulsif présentement à l'étape des essais. Photo: CBC
Radio-Canada

Une mère de famille de Mahone Bay, en Nouvelle-Écosse, a mis au point un répulsif sans produit chimique pour combattre la tique dont la morsure peut transmettre la maladie de Lyme. Les premiers tests en laboratoire ont donné des résultats encourageants.

Lisa Ali s’est mise au travail après que ses deux fils eurent été infectés par la maladie de Lyme, en 2016.

Le répulsif recommandé pour se protéger des tiques est l’antimoustique DEET, mais Mme Ali était contre l’idée de vaporiser ce produit sur la peau de ses enfants.

C’est ainsi qu’elle a créé sa propre concoction, baptisée AtlanTick, à base d’eau, d’huile de jojoba, de noisetier et d’essences végétales communément appelées huiles essentielles.

Mais est-ce que le produit fonctionne? Pour le savoir, on lui fait présentement subir des tests.

Nicoletta Faraone, du Département de biologie de l’Université Acadia, en Nouvelle-Écosse, a commencé à tester le produit de Lisa Ali en laboratoire.

Nicoletta Faraone fait des expériences sur des tiques dans une boîte de Petri.Agrandir l’imageNicoletta Faraone, du Département de biologie de l'Université Acadia, en Nouvelle-Écosse Photo : CBC / Jon Tattrie

La plupart des tiques qui sont entrées en contact avec le répulsif AtlanTick s’en sont immédiatement éloignées.

« Les résultats sont intéressants, car le vaporisateur AtlanTick a repoussé de 75 % à 80 % des tiques sur lesquelles il a été testé », explique Mme Faraone. « C’est très encourageant, car on observe clairement un effet répulsif. »

Une tique à pattes noires.Les tiques à pattes noires, également connues sous le nom de tiques de cerf, portent la bactérie qui cause la maladie de Lyme. Photo : The Associated Press / Victoria Arocho

L’insectifuge DEET, quant à lui, a une efficacité de 100 % lors de tests.

Même si ces résultats sont loin d’être suffisants pour que le produit soit commercialisé, Lisa Ali ne cache pas sa satisfaction. Elle dit avoir fait beaucoup de recherches au préalable et n’est pas surprise que les premiers essais soient positifs.

« C’est très satisfaisant, et ça me rassure », dit-elle.

Quatre bouteilles de répulsif AtlanTick sur la table d'un laboratoire.AtlanTick, le répulsif contre la tique qui transmet la maladie de Lyme, n'est pas encore en vente, car le produit doit être approuvé par Santé Canada. Photo : Radio-Canada

Il faudra deux années d’essais concluants avant que Santé Canada n’approuve AtlanTick. Le produit n’est donc pas en vente pour le moment. Nicoletta Faraone explique que des variantes du produit seront testées dans différentes situations.

« Pour l’instant, nous avons des données pour les 10 premières minutes », explique la chercheuse. Elle veut savoir si le produit peut repousser les tiques plus longtemps que cela, pendant des heures si possible.

Deux tiques responsables de la maladie de Lyme sur un doigt.Deux tiques responsables de la maladie de Lyme Photo : iStock

« Nous voulons aussi le tester sur la peau, pour voir si la tique va s’éloigner ou si elle va s’en détacher et tomber », indique-t-elle.

Sa recherche a été financée par l’entremise du programme Productivity and Innovation, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, et par une bourse du Conseil national de recherches du Canada.

Comment contrer la maladie de Lyme

Rougeur typique d'une morsure de tique infectée par une bactérie, sur l’avant-bras d’une femme du Maryland qui a par la suite eu la maladie de Lyme.Rougeur typique d'une morsure de tique infectée par une bactérie, sur l’avant-bras d’une femme du Maryland qui a par la suite eu la maladie de Lyme Photo : La Presse canadienne / La Presse canadienne/AP-Centers for DiseaseControl, James Gathany

La maladie de Lyme devient endémique au Canada et la tique continue sa progression dans les Maritimes. En Nouvelle-Écosse, il y a eu 1020 cas signalés de 2002 à 2016.

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse recommande l’utilisation de DEET, indique le bureau du médecin-hygiéniste en chef de la province.

En plus d’utiliser le répulsif recommandé, on peut aussi prendre des précautions lors de promenades dans les sous-bois, comme porter des vêtements longs. L’insecte est très petit, et il est conseillé de vérifier si aucun ne s’est accroché à sa peau. On peut retirer la tique avec une pince à sourcils.

La maladie se traite facilement avec des antibiotiques lors de son stade primaire. Dans 80 % des cas, une rougeur caractéristique en forme de cible apparaît sur la peau à l’endroit de la morsure.

Sans traitement, des symptômes sévères peuvent se manifester des années après la morsure.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Maladie