•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wendake : des propos racistes « super problématiques », dit un expert

Le drapeau de la nation huronne-wendate.
Le drapeau de la nation huronne-wendate Photo: Radio-Canada / Carl Boivin

Les préjugés racistes qu'aurait formulés un employé de la Ville de Québec à l'endroit d'une Autochtone, samedi, sont encore trop souvent répandus, estime un expert.

Un texte d’Alain Rochefort

Le récit de Christiane Gros-Louis laisse un goût amer à Louis-Philippe Lampron, professeur titulaire en droits et libertés de la personne à l’Université Laval.

Les propos discriminatoires rapportés par Mme Gros-Louis sont « super problématiques », commente M. Lampron.

Si ça s'est passé comme la dame le décrit, il y a vraiment un gros problème du point de vue du droit à l'égalité.

Louis-Philippe Lampron, professeur titulaire en droits et libertés de la personne à l’Université Laval

« Dans le sens où c'est un fonctionnaire de la Ville de Québec, dans le cadre de ses fonctions, devant public par ailleurs, qui va faire un énoncé de stéréotypes à l'égard de la dame pour lui expliquer pourquoi elle n'a pas le droit à l'arbre », déplore M. Lampron.

Louis-Philippe Lampron, professeur titulaire en droits et libertés de la personne à l’Université Laval

Louis-Philippe Lampron, professeur titulaire en droits et libertés de la personne à l’Université Laval Photo : Radio-Canada

Une histoire qui doit être prise au sérieux

Christiane Gros-Louis et le chef Konrad Sioui ont pris une bonne décision de révéler cette histoire, qui doit être prise au sérieux, selon le professeur.

« Ils ont raison, ce n’est pas du tout anecdotique, un commentaire comme celui-là, souligne-t-il. On n’est pas là-dedans, on est vraiment dans l'exposition de stéréotypes à la vue des gens ».

De dire que toi, tu ne paies pas de taxes, tu vis dans un village gaulois, faque, envoye, dégage, et qu'en arrière, des gens rigolent? C'est super problématique.

Louis-Philippe Lampron, professeur titulaire en droits et libertés de la personne à l’Université Laval
Le chef de Wendake, Konrad Sioui, et Christiane Gros-Louis.Le chef de Wendake, Konrad Sioui, et Christiane Gros-Louis Photo : Radio-Canada

Louis-Philippe Lampron est aussi totalement en accord avec Konrad Sioui lorsqu’il réclame plus de cours pour de meilleures connaissances sur le peuple huron-wendat.

« On découvre de plus en plus à quel point le racisme à l'égard des Autochtones, et pas uniquement envers ce groupe-là, est toujours présent dans la société québécoise », affirme-t-il.

La Ville de Québec enquêtera par ailleurs sur ces allégations cette semaine.

« L'employé va être rencontré. Pour l'instant, il est trop tôt pour dire exactement quelles seront les suites. Mais on ne souhaite pas que des situations comme ça se reproduisent. C'est peut-être un manque de jugement. Ça a peut-être été aussi mal interprété, mais c'est sûr que la Ville ne souhaite pas que ses employés tiennent des propos comme ça », indique la porte-parole de la Ville de Québec, Rose-Marie Ayotte.

Avec les renseignements de Camille Simard et Pascale Lacombe

Québec

Société