•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'industrie forestière à l'ère des nouvelles technologies  

Portes ouvertes sur notre forêt à Amos.

Portes ouvertes sur notre forêt à Amos

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

Radio-Canada

Les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes dans l'industrie forestière. L'événement « Portes ouvertes sur notre forêt », organisé samedi à Amos par l'Association forestière de l'Abitibi-Témiscamingue (AFAT), était l'occasion de constater les changements que connaît l'industrie.

Un texte de Lise Millette

La coordonnatrice de la formation au Comité sectoriel de la main-d'oeuvre en aménagement forestier, Catherine Rioux, confirme que dans le milieu, on parle désormais de forêt 4.0.

« La foresterie 4.0, c'est le sujet de plusieurs conférences dans les dernières années. Ça fait partie du paysage, ça évolue, tout comme le monde autour », dit-elle.

Des arbres.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des arbres

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

GPS forestiers, machinerie innovante, Mme Rioux précise que le secteur a su tirer profit des nouvelles réalités.

« On voit de plus en plus aussi la technologie avec les drones, au niveau de l'aménagement, dit-elle. Les machines aussi, les ordinateurs dans les machines forestières, ça évolue beaucoup. Le métier de technologue aussi, sur le terrain, a vu ses outils évoluer. »

Ces nouveautés ont d'ailleurs été présentées aux entrepreneurs lors de la première journée de l'événement vendredi.

Des fabricants d’équipements forestiers avaient présenté des machines dernier cri, comme des mâts articulés, des broyeurs à la puissance décuplée et les équipements multifonctionnels.

 Luc Blanchette, ministre des Forêts.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre Luc Blanchette était présent à l'événement «Portes ouvertes sur notre forêt organisé » à Amos.

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

Mais l'innovation, pour le ministre des Forêts Luc Blanchette, c'est aussi plus de valeur ajoutée pour le bois.

« Les deuxième et troisième transformations, c'est rendu qu'il y a plus d'emplois au Québec là-dedans que dans la première », mentionne le ministre.

L'innovation se fait aussi sentir au chapitre de l'aménagement durable de la forêt, des normes environnementales et d'un souci de régénération de la forêt.

À écouter aussi : L'AFAT vous invite dans la forêt

Abitibi–Témiscamingue

Société