•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une exposition et une installation permanente pour Joe Fafard à Toronto

Un tableau
Une des oeuvres de Joe Fafard présentées à l'exposition Photo: Radio-Canada / Jean-François Poudrier

L'artiste sculpteur fransaskois de renommée mondiale, Joe Fafard, présente jusqu'au 9 juin une nouvelle exposition à Toronto, où il revisite l'une de ses muses, le peintre Vincent Van Gogh. Joe Fafard a toujours été fasciné par la vie et la complexité de cet homme, qui l'inspire depuis maintenant plus de 30 ans.

Un texte de Jean-François Poudrier

« J'ai essayé de trouver une nouvelle façon de l'exposer, de parler de lui, dit-il. Alors j'ai fait un scan d'une sculpture que j'avais déjà faite, puis je l'ai élargie pour pouvoir la travailler en styromousse. »

En tout, une trentaine d'oeuvres sont exposées à la galerie Mayberry Fine Art. La pièce maitresse s'intitule L'observateur, qui semble suivre des yeux les visiteurs lorsqu'ils se déplacent en la regardant. Une réplique géante en bronze de cette oeuvre a d'ailleurs été inaugurée, samedi, devant la galerie de la rue Dundas.

Elle y restera de façon permanente, faisant face au Musée des beaux-arts de l'Ontario.

« On ne peut pas échapper à son regard. J'ai appelé la pièce L'observateur parce que c'est le rôle de l'artiste de regarder ce qui se passe dans la société, remarquer ce qui est important. »

Un autoportrait

M. Fafard, qui a combattu un cancer l'an dernier, a dû passer beaucoup de temps à se reposer, ce qui l’a mené à travailler avec le styromousse, une matière moins lourde que le bronze.

Il a aussi pu passer du temps à travailler un autoportrait sculpté. Là aussi, le thème de « l'observateur » est bien présent. On le voit, les mains sur les hanches, scruter l'horizon.

« J'ai commencé cette auto-sculpture l'an passé, dit-il. J'ai été diagnostiqué en juin et je me suis dit que j'étais mieux de finir rapidement ma pièce. En tant qu'artiste je me suis placé, comme ça, en tant qu'observateur. Je joue mon rôle d'artiste. »

Le pâturage

Une œuvre de M. Fafard fait partie du paysage urbain de Toronto depuis des années. Il s’agit du Pâturage, ces sept vaches en bronze couchées dans l'herbe qui se trouvent en plein coeur du complexe TD au centre-ville. Cette oeuvre, réalisée en 1984, a marqué un tournant dans la carrière de l’artiste.

« C'est là que je suis passé de la céramique au bronze. Ils voulaient une proposition pour l’extérieur, sans utiliser le fer. J'ai pensé au bronze et ensuite je me suis dit que je pourrais (subséquemment) travailler avec le bronze. C'est à ce moment que j'ai ouvert ma fonderie à Pense en Saskatchewan. »

Des vaches de bronze sur une pelouseL'installation permanente au centre-ville de Toronto Photo : Radio-Canada

Cette oeuvre lui plait particulièrement, et il ressent une certaine fierté à voir les visiteurs se photographier, assis sur ses vaches de bronze, en plein coeur du quartier des affaires.

« La pièce continue d'exister dans son intention originale : donner un peu d'humanité à une grande ville, donner un lieu où les gens puisse aller se reposer et se sentir à l'aise, avec de la tranquillité. Parce qu'une vache couchée, il faut que ce soit tranquille. »

Sculpture

Arts