•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Création à Gatineau du 1er centre d'excellence en cybersécurité au Québec

Un homme tape des lignes de code sur un ordinateur portable.

Cinq à sept personnes basées à l'Université du Québec en Outaouais (UQO) auront pour mandat de faire le lien entre les chercheurs.

Photo : iStock / Yurich84

Radio-Canada

Le premier centre d'excellence en cybersécurité du Québec verra le jour à Gatineau. Le gouvernement provincial a annoncé, vendredi, l'octroi de 747 500 $ au projet, dont le budget est évalué à 1,5 million de dollars sur trois ans.

À une époque où les vols d'identité sur Internet sont fréquents, il est nécessaire de protéger les citoyens, les entreprises et les gouvernements. C'est pour profiter de la demande en produits innovateurs dans ce secteur que le regroupement d'entreprises In-Sec-M Sécurité, recherche et innovation compte créer ce centre d'excellence en cybersécurité.

Selon le président d'In-Sec-M, Antoine Normand, le projet va stimuler la croissance des PME et accélérer le développement d'innovations en cybersécurité. Il aidera aussi à l'intégration et la prise en compte des besoins de sécurité dans l'ensemble des produits et solutions numériques.

Antoine Normand répond aux questions de la journaliste.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Selon M. Normand, plusieurs milliards seront investis en cybersécurité au cours des prochaines années au pays.

Photo : Radio-Canada

Gatineau est un endroit tout désigné, puisque le gouvernement fédéral est le plus gros client au pays pour des produits en cybersécurité.

Elle [la cybersécurité] devient un pilier incontournable pour le déploiement et la commercialisation de nos innovations.

Antoine Normand, président d'In-Sec-M Sécurité, recherche et innovation

« En cette époque de transition vers une économie qui repose de plus en plus sur les données, la cybersécurité n'est plus un choix ou une option technologique parmi tant d'autres », explique M. Normand.

Un milliard de menaces quotidiennes

Lors d’un témoignage devant le Comité permanent de la sécurité publique et nationale, le 22 mars dernier, la chef du Centre de la sécurité des télécommunications du Canada (CST) a révélé l’ampleur des défis de cybersécurité auxquels son agence fait face.

« Nous bloquons maintenant plus d’un milliard d’interventions malveillantes qui visent à compromettre des systèmes gouvernementaux, en moyenne chaque jour », a dit Greta Bossenmaier.

La cybersécurité, une priorité

« Assurément, cette initiative d'In-Sec-M Sécurité, recherche et innovation fera rayonner à grande échelle l'expertise de l'Outaouais en cybersécurité, et ce, au bénéfice de tout le Québec », à précisé dans un communiqué Stéphanie Vallée, députée de Gatineau et ministre responsable de la région de l'Outaouais.

Je me réjouis que la ville de Gatineau accueille le Centre d'excellence en cybersécurité.

Déclaration de la ministre Stéphanie Vallée

Cinq à sept personnes basées à l'Université du Québec en Outaouais (UQO) auront pour mandat de faire le lien entre les chercheurs.

Les établissements d'enseignement supérieur de la région comptent aussi offrir de plus en plus de formation dans ce domaine. L'UQO a un programme court de maîtrise en cybersécurité.

Le gouvernement du Québec accorde près de 6,7 millions de dollars pour la création de neuf centres d'excellence numérique à l'échelle de la province.

Les données, un marché important

Le cofondateur et directeur général de Crypto.Québec, Jean-Philippe Décarie-Mathieu, estime que d'ici 2019 il y aura un manque à gagner de deux millions de travailleurs dans le secteur de la cybersécurité dans le monde entier.

M. Décarie-Mathieu, qui est également spécialiste en cybersécurité pour les Commissionnaires du Québec, applaudit la création du centre d'excellence à Gatineau et croit qu'elle « fera des petits » un peu partout au Québec.

« Tout le monde est en retard au niveau de la cybersécurité à part quelques États-nations », explique-t-il, qualifiant de « bonne première étape » le projet de centre d'excellence en cybersécurité.

Je pense, entre autres, à la Chine et la Russie qui ont énormément d'avance.

Jean-Philippe Décarie-Mathieu, cofondateur et directeur général de Crypto.Québec

Il rappelle que toutes les données personnelles ont une valeur, tant pour les internautes qui les partagent que pour les personnes ou entreprises qui voudraient tirer profit de celles-ci.

Avec les informations de Roxane Léouzon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Cybercriminalité