•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Estropié à vie, il se bat pour obtenir des réponses

Maris St-Coeur peine à retenir ses larmes.

Maris St-Coeur a deux os du pied coupés en deux depuis son accident de travail dans les champs de bleuets d'Oxford Frozen Foods.

Photo : Radio-Canada/ Héloïse Bargain

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Maris St-Coeur a les os du pied en miettes à la suite d'un accident de travail qui s'est produit en 2014 dans les champs de bleuets du leader mondial du bleuet Oxford Frozen Foods. Invalide, il reste depuis quatre ans chez lui avec un seul souhait : qu'une enquête fasse toute la lumière sur l'accident pour mieux protéger les travailleurs comme lui.

Un texte de Héloïse Bargain

Quand son pied s'est coincé dans la récolteuse à bleuets, Maris St-Coeur a senti tous ses os se briser. « Je ne les ai pas entendus, mais je les ai sentis », dit-il tout en écrasant de sa main une bouteille d’eau en plastique pour illustrer la scène.

Une fois son pied libéré, on le conduit à l’hôpital avec un véhicule de l’entreprise.

Si cet homme de 54 ans craque en se remémorant les faits, c’est aussi à cause de la souffrance que son pied gauche lui fait sentir. Quatre des cinq grands os de son pied, les métatarses, sont cassés. Deux d’entre eux sont littéralement coupés en deux.

À gauche, la radiographie du pied de Maris St-Coeur après l'accident. À droite, le pied de Maris St-Coeur après une opération où on lui a mis des vis dans les os.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À gauche, la radiographie du pieds de Maris St Coeur après l'accident. À droite le pied de Maris St-Coeur après une opétation où on lui ai mis des visses dans les os.

Photo : Radio-Canada/ Héloïse Bargain

Pour calmer la douleur, Maris St-Coeur consomme de la morphine. Il augmente toujours une peu plus la dose et marche avec une canne.

Pour lui, impossible de retourner au travail. Travail sécuritaire NB lui verse des indemnités de 2000 $ par mois qui suffisent à peine, dit-il, à subvenir à ses besoins et à ceux de son adolescent de 15 ans.

Il réclame une enquête complète sur les circonstances de l'accident et une compensation additionnelle, de la part d'Oxford Frozen Foods.

On te donne une petite paie de compensation pour te fermer la gueule pis arrange-toi avec ça. Je suis estropié à vie, puis la compagnie s’en lave les mains. C’est ça, Oxford.

Une citation de : Maris St-Coeur
Maris St-Coeur utilise un appareil de physiothérapie pour soulager sa douleur.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Maris St-Coeur utilise un appareil de physiothérapie pour soulager sa douleur.

Photo : Radio-Canada/ Héloïse Bargain

Ni le gouvernement ni l’entreprise Oxford n’ont souhaité commenter l’accident de Maris St-Coeur.

En témoignant, Maris St-Coeur espère que quelqu’un entendra son appel à l’aide.

Avec des renseignements de Michelle LeBlanc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !