•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Charlie, 2 ans, transportée d’urgence de Val-d’Or à Montréal sans sa mère

Charlie, un des visages de la campagne de la Fondation CHU Sainte-Justine.

Charlie, un des visages de la campagne de la Fondation CHU Sainte-Justine.

Photo : Fondation CHU Sainte-Justine

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La mère d'une fillette qui a été transportée d'urgence du centre hospitalier de Val-d'Or jusqu'à l'hôpital Sainte-Justine, à Montréal, lance un cri du coeur au ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Avec les informations d’Émilie Parent-Bouchard

La petite Charlie, 2 ans, a dû être transportée d'urgence parce qu'elle était en détresse respiratoire.

Enya Sérandour-Barrette juge inacceptable que ni elle ni le père de la fillette n'aient pu monter avec leur fille à bord de l'avion médical.

Ce n’est pas normal en 2018 qu’un parent ne puisse pas accompagner son enfant, son enfant qui est malade et qui a besoin de son parent, surtout pour répondre aux questions des médecins. Surtout pour un enfant qui est chroniquement malade. Ce n’est pas normal de nos jours.

Enya Sérandour-Barrette

Pas de réponse de Barrette

Gaétan Barrette s'était d'ailleurs engagé à ce que tous les parents de la province puissent dorénavant accompagner leurs enfants dans n'importe quel avion-ambulance.

Interpellé à ce sujet, le ministre a décliné notre demande d'entrevue.

Par courriel, son attachée de presse précise en son nom que le ministre a annoncé en février dernier que des « modifications seraient faites à la politique d'accompagnement parental afin que l'accompagnement soit permis lors des évacuations médicales, sous certaines conditions et restrictions ».

Selon M. Barrette, les experts des ministères de la Santé et des Transports ont convenu que « certains appareils subiront des réaménagements afin d'offrir des places assises aux parents ».

Cependant, il ne peut s'avancer quant à la date où le service pourra être offert partout au Québec, dont en Abitibi-Témiscamingue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !