•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des partisans du projet de Ligne 3 d’Enbridge manifestent à Calgary

Ils étaient près de 170 manifestants hier dans les rues de Calgary

Des défenseurs du projet tenaient une affiche « Respectez l'État de droit, nous avons besoin des pipelines ».

Photo : CBC / Dave Gilson

Radio-Canada

Plus de 170 partisans du projet de Ligne 3 d'Enbridge et une trentaine d'opposants se sont fait face devant l'hôtel de ville de Calgary mercredi. Au même moment se tenait une réunion d'actionnaires d'Enbridge autour du projet de remplacement du pipeline.

« Je sais que beaucoup de personnes ont perdu leur travail, comme mon mari », explique Victoria Wallace, une géologue pour une compagnie pétrolière et gazière venue manifester pour la Ligne 3. « Je pense que c’est important pour l’ensemble de l’économie du Canada », a-t-elle ajouté.

Le projet de remplacement du pipeline devrait s’étendre de l’Alberta au Wisconsin. Bien qu’il ait reçu l’accord d’Ottawa et de Washington, les autorités réglementaires de l’État du Minnesota bloquent le dossier.

En avril, une juge du Minnesota a donné son feu vert au projet à condition qu'il suive le même parcours que le pipeline actuel. Elle a également demandé à ce que ce dernier ne soit pas laissé dans le sol.

Victoria Wallace s’amuse des positions adoptées par ceux qui sont contre le projet : « Nous importons beaucoup de pétrole et de gaz de pays qui ne respectent pas les droits des hommes alors qu’ici au Canada, c’est très éthique », dit-elle.

Des manifestants dans les rues de Calgary contre le projet de pipeline d'Enbridge.

Ils étaient une trentaine à manifester leurs inquiétudes face à l'impact environnemental du projet Enbridge.

Photo : CBC / Dave Gilson

Parmi la trentaine d’opposants, on retrouvait Tara Houska, directrice nationale du groupe environnemental autochtone Honour the Earth. Elle qualifie de son côté l’hostilité des manifestants propipelines de « regrettable et très décevante ».

Tara Houska, également avocate originaire de la Première Nation de Couchiching, au Manitoba, a assisté à la réunion comme actionnaire suppléante.

« Ils ont un très mauvais dossier concernant les déversements », a-t-elle observé. « Enbridge est responsable du déversement le plus important de l'histoire des États-Unis. Nous examinons la question et nous voyons que le projet traverse des bassins hydrographiques protégés et des zones préservées. C’est terrifiant, franchement », avoue-t-elle.

Le pipeline traverse nos rizières sauvages et, en tant que peuple autochtone, notre riz est sacré.

Tara Houska, directrice nationale du groupe environnemental autochtone Honour the Earth

Brian Wimmer, propriétaire d'une entreprise de plomberie à Didsbury, en Alberta, est un partisan du projet. Pour lui, c’est toute l’économie provinciale qui est en jeu. « Au cours des 20 dernières années, s'il n'y avait pas eu de pétrole et de gaz, je n’aurais pas autant travaillé », a-t-il déclaré.

« Nous voulons des emplois pour les travailleurs, mais je veux des emplois qui ne détruiront pas notre environnement », soutient pour sa part Tara Houska.

Alberta

Industrie pétrolière