•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le récipiendaire du nobel en physique Arthur McDonald a son centre de recherche

Le chercheur est vêtu d'un casque protecteur et d'un uniforme.
Le nobel Arthur McDonald au SNOLAB de Sudbury. Photo: Université Queen's

L'Université Queen's à Kingston a inauguré jeudi le Centre canadien de recherche en physique des astroparticules Arthur-B.-McDonald. Le centre porte le nom du Canadien co-lauréat du prix Nobel de physique en 2015.

Un texte de Frédéric Pepin

Arthur McDonald est reconnu pour ses découvertes en astroparticules et ses recherches à l’Université Queen’s ainsi qu'au centre de recherche souterrain, le Snolab de Sudbury, une extension du programme SNO (Sudbury Neutrino Observatory).

Ses recherches ont permis de prouver les oscillations des neutrinos, ce qui permet de mieux comprendre le fonctionnement de la matière.

Au total, une centaine de personnes dont des étudiants d’un peu partout au pays seront membres de l’institut et effectueront de la recherche pour atteindre les objectifs du Centre : soit identifier la composition de la matière noire. Le professeur émérite et récipiendaire du prix Nobel, Arthur McDonald mettra aussi la main à la pâte.

Ce qui est magnifique pour moi maintenant, c'est de pouvoir observer les nouvelles idées, les nouvelles discussions et la créativité des jeunes chercheurs qui participeront aux recherches.

Arthur McDonald, prix Nobel de physique en 2015

L'union fait la force

Le nouveau centre compte des chercheurs d’une douzaine d’université canadienne et d’instituts de recherche.

Les chercheurs continuent leurs études respectives sur la matière noire et en nanoparticules et pourront désormais bénéficier d'un réseau de partage des connaissances et de l'équipement.

Le centre a vu le jour grâce à un investissement fédéral de 63 M$ versé en 2016 dans le cadre du Fonds d'excellence en recherche Apogée Canada.

Les chercheurs du monde entier pourront aussi apporter leur contribution et auront accès à des installations et la fine pointe de la technologie dont le Snolab, situé à 2 km sous terre à Sudbury.

Nathalie Ouellette fait la démonstration d'un outil utilisé pour mesurer les particules et les atomes.Nathalie Ouellette qui s'occupe de l'éducation et de l'interprétation pour le Centre canadien de recherche en physique des astroparticules Arthur B. McDonald. Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Un centre d'interprétation a aussi été inauguré à l'Université Queen's pour permettre au public d’en apprendre davantage sur les divers projets de recherche qui sont en cours.

Chercheurs et établissements liés au nouveau centre :

  • Université Queen's
  • Université de Toronto
  • Université Carleton
  • Université Laurentienne
  • Université McGill
  • Universtité de l'Alberta
  • Université de Montréal
  • Université de la Colombie-Britannique
  • SNOLAB
  • Centre canadien d'accélération des particules (TRIUMF)
  • Institut canadien de recherches avancées (ICRA)
  • Institut de physique des particules
  • Institut Périmètre de physique théorique

Espace

Science