•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta limite à deux ans son contrôle des exportations de pétrole

Des travailleurs marchent près du terminal Westridge à Burnaby.
L'Alberta pourrait limiter les exportations de carburants de son territoire vers la Colombie-Britannique. Photo: Reuters / Chris Helgren
Radio-Canada

Les députés albertains ont réduit à deux ans la portée du projet de loi 12 qui permettrait au gouvernement de limiter les exportations de pétrole de son territoire vers les autres provinces. Pour rallier l'opinion publique, la première ministre, Rachel Notley, a annoncé, jeudi matin, le lancement d'une campagne publicitaire dans tout le pays.

L’amendement proposé par la députée du Parti albertain Karen McPherson prévoit que l’assemblée pourrait décider de prolonger la durée de vie de la loi si nécessaire.

Le changement a été adopté sans opposition, le gouvernement néo-démocrate le jugeant raisonnable.

La ministre de l’Énergie, Marg McCuaig-Boyd, a rappelé que ce projet de loi était rendu nécessaire, à ses yeux, par l’opposition de la Colombie-Britannique à la construction d’un pipeline qui permettrait d’exporter le pétrole albertain sur la côte ouest du pays pour qu'il soit ensuite transporté par pétrolier ailleurs dans le monde.

S’il est adopté, le projet de loi donnera le pouvoir à la ministre de l’Énergie d’imposer des permis d’exporter aux entreprises qui transportent des hydrocarbures à l’extérieur de l'Alberta. Le gouvernement pourrait, par exemple, décider d’interrompre les exportations de carburants raffinés vers la Colombie-Britannique.

Le gouvernement de Victoria a menacé l’Alberta de poursuites judiciaires si ce projet de loi devait être adopté.

Une reprise dès cet été ?

Rachel Notley, la première ministre de l'Alberta, a annoncé jeudi matin lors d'une conférence de presse combien elle était déterminée à conclure ce projet de pipeline. « Nous sommes prêts à user si nécessaire de tous les moyens juridiques dont nous disposons pour que la Colombie-Britannique n'arrive pas à ses fins », a-t-elle annoncé. « Je reste confiante et nous sommes près de réussir », rajoute-t-elle.

« Le pipeline de Trans Mountain apportera plus d'argent pour les routes, les écoles et les hôpitaux ».Lors de sa conférence de presse, Rachel Notley a insisté sur l'importance du projet Trans Mountain pour les albertains. Photo : Radio-Canada / Laurent Pirot

Afin de rallier l'opinion publique de son côté, Rachel Notley a également annoncé la mise en plage d'une campagne d'affichage dans tout le pays pour vanter les mérites du projet de Kinder Morgan. « Nous allons dépenser 1,2 million de dollars pour nous assurer que tout le monde est au courant », a-t-elle expliqué jeudi matin.

La première ministre a bon espoir de voir la construction du pipeline Trans Mountain reprendre cet été selon le calendrier initialement prévu.

Alberta

Politique provinciale