•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le test du système En Alerte en Atlantique révèle des lacunes

Une main de femme tient un téléphone intelligent.
Plusieurs personnes en Atlantique disent qu'elles n'ont pas reçu le test du système national d'alerte par téléphonie cellulaire. Photo: iStock / Aaron Amat
Radio-Canada

Plusieurs utilisateurs de téléphone intelligent en Atlantique disent qu'ils n'ont pas reçu le message du système En Alerte envoyé dans le cadre d'un test.

Les autorités s’en réjouissent, car cela les aidera à cerner et corriger les problèmes, selon Vicky Deschênes, directrice des communications au ministère de l'Environnement du Nouveau-Brunswick.

« Pour nous c’est une bonne nouvelle parce que l’objectif de l’exercice était justement de faire des tests, voir si ça fonctionnait ou si ça ne fonctionnait pas. Donc, si tout avait bien fonctionné, tant mieux. Si hier il y a eu des problèmes, et effectivement il y a eu des problèmes, c’est une indication que le système n’est pas parfait, qu’il faut retourner à la table à dessin et continuer à travailler très fort là-dessus », explique Vicky Deschênes.

L’objectif du système est d’envoyer à la population canadienne, à la télévision, à la radio et sur les téléphones cellulaires, des alertes importantes susceptibles de sauver des vies, par exemple lors d’incendie, de catastrophes naturelles, d’exposition à des matières dangereuses, d’attaques terroristes, de crise civile, etc.

L'initiative compte plusieurs partenaires, dont les responsables des mesures d'urgence au fédéral, dans les provinces et les territoires, ainsi que les fournisseurs canadiens de services sans fil, et le secteur de la radio et de la télévision.

Le système fait l’objet de tests au Canada cette semaine. Plusieurs citoyens rapportent des ratés.

Capture d'écran d'un téléphone intelligent montrant le message du testLe message du test du système En Alerte envoyé au Nouveau-Brunswick le 9 mai était bilingue. Photo : Radio-Canada

Plusieurs facteurs entrent en jeu lors des tests, explique Vicky Deschênes.

« “Ah, moi je l’ai reçu. Moi, je ne l’ai pas reçu. Moi, j’ai tel cellulaire. Moi, je n’ai pas tel cellulaire. Mais à la télé, moi je l’ai vu.” [...] Le problème qu’on a rencontré, c’est que souvent les gens utilisent un téléphone mains libres, ou la dernière version [du système d’exploitation] n’a pas été chargée sur leur cellulaire ou leur téléphone intelligent, ou encore ils n’ont pas le même réseau », précise Mme Deschênes.

Les gens peuvent vérifier sur le site Internet du système En Alerte si leur téléphone était compatible avec le test. Sur ce site, on précise que l’appareil mobile doit satisfaire les conditions suivantes :

  • être de type LTE (4G);
  • être compatible avec le Service d’alerte sans fil au public (SASFP);
  • être connecté à un réseau cellulaire LTE lors de l’émission de l’alerte.

Respect du bilinguisme critiqué

Le message envoyé au Nouveau-Brunswick était bilingue. Ce n’était cependant pas le cas en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador, dénoncent des membres de la communauté acadienne par l'entremise de réseaux sociaux.

Nouveau-Brunswick

Télécommunications