•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des observateurs de la filière éolienne dédramatisent les chiffres de la vérificatrice générale

Éoliennes.

Éoliennes

Photo : Joane Bérubé

Radio-Canada

Les Québécois ont payé trop cher leur facture d'électricité à cause, notamment, de la filière éolienne. C'est ce que constate la vérificatrice générale, qui vient de rendre public son dernier rapport. Cette conclusion n'impressionne pas les observateurs de l'industrie.

Selon la vérificatrice Guylaine Leclerc, les contrats accordés pour d'autres sources d'énergie que les barrages, telles que l'éolien, ont entraîné des coûts pour la société d’État de 2,5 milliards de dollars pour 2009-2016.

Le directeur général de Nergica, Frédéric Côté

Le directeur général de Nergica, Frédéric Côté

Photo : Radio-Canada

Les observateurs dédramatisent ces résultats, car pour eux ces chiffres excluent l'apport de cette filière dans l'économie.

Par exemple, il y a le directeur de Nergica, Frédéric Côté, qui explique que le développement éolien a permis de faire naître une nouvelle industrie qui crée des milliers d’emplois et qui génère des retombées économiques majeures.

Nous, on fait le choix de la filière éolienne et c’est probablement le meilleur choix qu’on pouvait faire parce que c’est une énergie renouvelable et, aujourd’hui, c’est la solution la plus économique.

Frédéric Côté, directeur de Nergica
Des travailleurs de l'usine LM Wind Power

Des travailleurs de l'usine LM Wind Power

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, indique quant à lui que l'éolien coûte beaucoup moins cher qu'auparavant.

Les données qui circulent sont d'une autre époque. Le coût de l'énergie éolienne est avantageux aujourd'hui. « Le fameux barrage de la Romaine va nous coûter entre 8 et 9 sous du kilowatt. On produit de l'énergie éolienne qui est intéressante au plan environnemental, qui est une énergie renouvelable, qui fait tourner l'économie de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent à 5 sous, 5,5 sous, autour de ça, donc la moitié de l'hydroélectricité. »

Les mauvaises années de l'éolien, je l'espère, sont derrière nous, pis j'ai hâte qu'on arrête d'en parler.

Gaétan Lelièvre, député de Gaspé

Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles et responsable de la région, Pierre Moreau, rappelle que les tarifs en énergie sont très bas. « En même temps, on utilise une société d'État pour créer des emplois et faire du développement économique dans toutes les régions du Québec. Je pense que c'est un choix judicieux. »

D'après les renseignements de Bruno Lelièvre

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Énergie