•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Transcanadienne au N.-B. pourrait être partiellement rouverte vendredi

Un bélier mécanique sur la route pousse un monticule de terre, de branches d'arbres et d'autres végétaux.

Des équipes dégagent la section de la Transcanadienne jonchée de débris à la suite des inondations des derniers jours.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les responsables de la section de la route transcanadienne fermée à cause des inondations ont comme objectif de rouvrir partiellement la route, vendredi.

Un texte de Pierre Philippe LeBlanc

Il n’y aura tout d’abord qu’une voie de circulation ouverte dans chaque sens. La réouverture complète des quatre voies prendra encore quelques temps. Il faut notamment attendre que les eaux reculent pour vérifier s'il y a eu de l'érosion, explique l'entreprise MRDC, qui est responsable de la route.

Pour le moment, des équipes s'affairent à retirer de la route la multitude de débris laissés par les eaux. MRDC se charge des coûts des travaux. Elle ne peut les estimer pour le moment, mais elle dit espérer qu'ils seront couverts par son assureur. Elle veut aussi en discuter avec le gouvernement.

De la terre, des pierres, des arbres et des branches mortes sur la route Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La route 105 est recouverte de débris laissés par l'inondation

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

De nombreuses routes provinciales et municipales sont encore recouvertes d’une importante quantité d’eau depuis plus d’une semaine. Rouvrir les routes fermées lorsque cela devient sécuritaire, au fuer et à mesure que baissent les eaux, est prioritaire pour les autorités provinciales, souligne Vicky Deschênes, directrice des communications au ministère de l'Environnement.

« Maintenant que l’eau commence à se retirer, c’est le moment pour le ministère des Transports et nos experts sur le terrain d’aller évaluer les dommages, les travaux nécessaires, et commencer à nettoyer parce qu’il y a beaucoup de débris sur les routes », indique Vicky Deschênes.

Le tronçon de route de la Transcanadienne entre Fredericton et Moncton pourrait être rouvert à la circulation vendredi.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le tronçon de route de la Transcanadienne entre Fredericton et Moncton pourrait être rouvert à la circulation vendredi.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Le ministre de la Sécurité publique s’étonne de l’inondation de la Transcanadienne

Le ministre de la Sécurité publique du Nouveau-Brunswick, Denis Landry, s'étonne de la vitesse à laquelle la nature a dépassé les prévisions quant aux risques d'inondation de la Transcanadienne dans la province.

Denis Landry en entrevueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

«Je salue toutes les personnes, que ce soit au niveau de la sécurité publique, des pompiers, des bénévoles. J'ai vu beaucoup de bénévoles dans les différents bureaux qui travaillent. Le moral est toujours bon», souligne Denis Landry, ministre de la Sécurité publique du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

« Elle avait été construite pour 100 ans à partir de la date de construction. Ç’a été bâti en espérant que les eaux seraient peut-être rendues là dans une centaine d’années. Puis, comme on peut le voir, l’eau est déjà rendue là une vingtaine d’années après », affirme Denis Landry.

Planifier le nettoyage des propriétés sinistrées

Il faut d’abord rétablir les routes pour que les gens qui ont évacué leur demeure en zone sinistrée puissent rentrer chez eux, ajoute Vicky Deschêne. Quant au nettoyage des terrains privés, elle conseille aux sinistrés de ne pas brûler les débris, ce qui est nuisible à l’environnement.

Un homme vide au bord de la route une charrette chargée de débris de bois et de végétationAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

C'est l’heure du grand nettoyage pour certains résidents de Maugerville dont la propriété n'est plus inondée.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Des collectes seront bientôt organisées dans les districts de services locaux et les municipalités pour les débris, les appareils ménagers, les matériaux de construction retirés des maisons endommagées, précise-t-elle.

« On n’a pas encore de date parce qu’évidemment les gens ne peuvent pas encore se rendre chez eux, mais ils peuvent commencer à planifier », souligne Mme Deschênes.

Les personnes qui souhaitent se débarrasser elles-mêmes d’articles non dangereux peuvent le faire gratuitement aux endroits suivants :

  • le site d’enfouissement Crane Mountain;
  • la Gestion des déchets solides de la région de Fredericton;
  • et la station de transfert de la Commission de services régionaux 8.

Source: gouvernement du Nouveau-Brunswick

Fredericton se penche sur la construction en zone inondable

L’inondation historique qui sévit le long du fleuve Saint-Jean ce printemps a considérablement endommagé des habitations. Certaines dans la région du lac Grand, notamment, sont complètement détruites.

Les ruines de chalets inondés sont éparpillés sur le sol et dans l'eauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les eaux ont endommagé de nombreuses propriétés.

Photo : Radio-Canada

Le gouvernement va-t-il continuer de permettre la construction de maisons dans des zones inondables?

« C’est une chose qu’on est en train d’examiner comme gouvernement. Il y a des décisions qui vont sûrement être prises dans les jours ou les semaines à venir. Mais ce n’est pas encore déterminé exactement ce qui va être fait », explique Denis Landry.

Avec des informations de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !