•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau métier : ambassadrice pour déjouer le harcèlement

Une femme très souriante a des cheveux bruns rasés d'un côté et frisés au menton de l'autre côté. Elle porte des lunettes avec une monture multicolore et une robe sans manches bleue.

Tanille Geib affirme qu'elle n'a pas peur d'avoir des discussions difficiles à propos de comportements inappropriés.

Photo : Paloma Kapitany

Radio-Canada

Dans la foulée du mouvement #moi aussi, où de nombreuses femmes ont révélé avoir été victimes d'agressions sexuelles, d'attouchements ou de harcèlement, un centre événementiel de Victoria a engagé une ambassadrice du consentement.

Tanille Geib a été embauchée par l'organisme sans but lucratif Victoria Event Centre pour cibler et prévenir le harcèlement et les agressions sexuelles lors des soirées organisées dans le centre.

L’ambassadrice pourra intervenir et s’adresser aux personnes qui auraient un comportement dérangeant.

Changer de comportement

Tanille Geib espère s’attaquer aux cas de harcèlement sexuel, mais aussi aider les gens à modifier leurs façons d’interagir dans une fête.

L’ambassadrice est en poste depuis un mois et a déjà eu plusieurs discussions délicates.

J’ai eu toutes les réactions, certaines positives, d’autres, très méprisantes.

Tanille Geib, ambassadrice du consentement, Centre Victoria Event

Mais si une personne n’est pas d’accord pour discuter de son comportement dérangeant, elle pourrait se faire montrer la porte, explique Chris Fretwell, l’agent des réservations du Centre.

Une initiative bien vue

Plusieurs macarons verts sur lesquels il est écrit en anglais le consentement est important avec le logo et le nom Victoria Event Centre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Victoria Event Centre affirme que l'embauche d'une ambassadrice du consentement est liée au mouvement #moiaussi.

Photo : Victoria Event Centre

Le Centre des agressions sexuelles de Victoria voit d’un bon oeil ce nouveau poste d’ambassadrice du consentement, mais affirme que ce n’est qu’un premier pas pour s’attaquer à la violence sexuelle.

J’espère voir d’autres organismes de Victoria s’y attaquer pour amener un changement de mentalité dans notre communauté.

Carissa Ropponen, porte-parole, Centre des agressions sexuelles de Victoria

La police de Victoria a entendu parler de la création d’un poste d’ambassadrice du consentement sexuel et dit appuyer toute initiative d’un organisme pour protéger la population.

L’ambassadrice sera présente à la majorité des soirées du Centre Victoria Event et pourra aussi être présente lors de soirées privées si la demande est là.

Colombie-Britannique et Yukon

Agression