•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feux de broussailles : les élus de Saint-Boniface alertent le ministre fédéral

Un feu de brousailles entre des rails et des résidences

Un feu de brousailles brûle près d'une maison de retraite à Winnipeg le 6 mai.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Radio-Canada

Les pompiers de Winnipeg ont combattu cinq feux de brousse à Winnipeg mardi, dont un à Saint-Boniface. Les résidents du quartier ont fait part de leurs inquiétudes, alors qu'une réunion s'est tenue hier à l'hôtel de ville avec les représentants du Canadien National (CN).

Un texte de Gavin Boutroy

Les pompiers sont intervenus vers 23 h, mardi, dans le secteur du boulevard Provencher et de la rue Nadeau. Les autres feux sont survenus à la place Huddersfield, dans le quartier Charleswood, près du chemin Balgona dans West Kildonan, autour de la rue Waverley et sur le chemin Laxdal.

Dans tous ces cas, il n'y a eu ni dommages matériels ni blessé.

Selon les pompiers de Winnipeg, un train pourrait être la cause de certains feux de broussailles à Winnipeg. Il n’y a pour l'instant aucune preuve, mais le porte-parole du Service d’incendie, Tom Wallace, affirme qu’il y a un « motif ».

C’est aussi une inquiétude des résidents de Saint-Boniface, qui en ont fait part au conseiller municipal du secteur, Mathieu Allard.

« Un résident en particulier m’a approché pour me dire qu’il avait vu dans le passé des étincelles sur le rail avec le train, explique-t-il. La préoccupation [de ce résident] était de savoir s’il y avait un lien entre ces étincelles et les feux de broussailles. »

Un homme pose, bras croisés, sous un pont de chemin de fer.

Mathieu Allard, conseiller municipal pour Saint-Boniface, dit avoir transmis les inquiétudes des résidents du secteur concernant le déclenchement des feux de broussailles.

Photo : Radio-Canada


Mathieu Allard ajoute qu’il a dès lors aussitôt pris contact avec les autorités municipales.

« J’ai aussi approché le député pour Saint-Boniface--Saint-Vital, Daniel Vandal, qui a fait parvenir nos préoccupations au ministre fédéral des transports, Marc Garneau », poursuit l’élu, rappelant que le transport ferroviaire est une responsabilité fédérale.

Le Service d'incendie de Winnipeg rappelle qu'il est interdit de faire des feux en plein air, même dans un foyer, en raison du temps très sec.

Le conseiller municipal de Saint-Boniface a également évoqué la réunion qui devait se tenir dans l’après-midi entre le conseil municipal de Winnipeg et les représentants du CN.

« On veut essentiellement s’assurer que la compagnie de rail et la municipalité font tout ce qui est en leur pouvoir pour assurer la sécurité de tout le monde », dit-il.

De son côté, la porte-parole du CN, Kate Fenske, soutient que la compagnie n'a déterminé aucun « problème mécanique spécifique qui aurait déclenché un incendie ».

Elle ajoute que le CN débroussaille le terrain qui longe la voie ferrée pour réduire le risque d’incendie.

Winnipeg compte plus de 150 kilomètres de lignes ferroviaires.

Commun en région rurale

Selon le chef des pompiers de la municipalité rurale de La Broquerie, Alain Nadeau, il n'y a aucun doute : les trains sont régulièrement à l’origine d’incendies.

« Ça allume des feux d'herbe; des feux d'herbe, si c'est proche des résidences, ça cause des problèmes », affirme-t-il.

« Souvent, c'est des étincelles des roues. Cette semaine, on en a eu un, c'était des travailleurs qui soudaient sur le bord de la voie ferrée. Souvent, ils ont de l'équipement pour éteindre leurs propres feux, mais ça dépend des conditions. Des fois, ils n'en ont pas assez », poursuit M. Nadeau.

Il ajoute que le CN coopère de son plein gré lorsqu'un train est à l'origine d'un incendie et que le Canadien National paie la facture des dépenses engagées pour éteindre l’incendie.

Avec des informations de Barbara Gorrand

Manitoba

Incidents et catastrophes naturelles