•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bal des finissants, une tradition qui coûte un bras?

Le bal des finissants, une tradition qui coûte un bras?
Radio-Canada

Pour la majorité des futurs diplômés, le bal des finissants est un rite de passage. C'est aussi l'occasion d'en mettre plein la vue à ses camarades de classe une dernière fois. Mais derrière les paillettes, les coiffures sophistiquées et les smokings qu'impose cette tradition, il y a un coût.

Un texte de Patricia Bitu Tshikudi

« J'ai trouvé ma robe en mars ou en avril et pour moi, c'était déjà trop tard. J'étais super stressée », confie Léa Lushaba en riant.

À un mois de la fin de ses études, l'heure est aux derniers préparatifs pour cette finissante du Collège Louis-Riel, à Winnipeg. Parmi les dépenses les plus importantes, il y a l’achat de la robe.

Contrairement à la plupart de ses camarades, c'est sur Internet qu'elle a trouvé la perle rare.

« Le prix de la robe était 79 $ et avec le shipping et tout ça, ça a coûté 95 $ », explique-t-elle.

En plus des retouches qui doivent encore être apportées à la robe, la jeune fille s'en tire avec une facture plutôt raisonnable : 135 $ pour une robe de soirée achetée en ligne.

C'est mes parents qui avaient pris en charge de payer la robe pour moi. Je ne voulais pas dépasser les 200 $.

Léa Lushaba, finissante au Collège Louis-Riel
Une jeune fille tient deux robes à bout de bras.Silvia Daigneault, une finissant, montre la première et la deuxième robe qu'elle a acheté pour son bal. Photo : Radio-Canada

Deux robes plutôt qu’une?

Si l'achat en ligne est une option intéressante pour celles qui, comme Léa, souhaitent trouver des aubaines, cette avenue n'est pas toujours couronnée de succès.

« J'ai trouvé une robe que j'aimais sur l'ordinateur [Internet] puis on l'a commandée [...] puis quand je l'ai essayé, c'était vraiment pas ce que je cherchais », explique Silvia Daigneault, elle aussi finissante au Collège Louis-Riel.

Après avoir déboursé plus de 200 $ pour cette première robe, elle a dû renoncer à la porter à son bal. C'est finalement dans une boutique qu'elle a trouvé la robe qu'elle portera : un achat d'un peu plus de 400 $.

La robe était peut-être un peu plus chère que ce qu'on avait discuté, mais je suis vraiment contente avec et je trouve que c'est pas mal raisonnable pour ce que c'est.

Silvia Daigneault, fiinissante au Collège Louis-Riel

Et les garçons dans tout ça?

Dans ce tourbillon de dépenses, les garçons font-ils preuve de plus de retenue que les filles, ou se laissent-ils eux aussi emporter par la fièvre du bal?

Selon la gérante d’une boutique Le Château de Winnipeg, Kelly Evans, « habituellement nos clients diplômés dépensent à peu près 500 $. Cela inclut le complet en entier, sans compter les souliers, bien sûr. »

Un garçon se regarde dans le miroir.Philip Lunam magasine un smoking pour son bal des finissants. Photo : Radio-Canada

On se rend compte assez rapidement qu’il y a certains petits accessoires auxquels on n’avait pas pensé, alors ça ajoute à la facture.

Mélanie Lyrette, mère d’un finissant

Selon un sondage commandé par Visa en 2015, les jeunes Canadiens avaient dépensé en moyenne 500 $ pour leur bal de finissant. C'est bien moins que les 919 $ flambés par leurs camarades Américains cette année-là.

Ces chiffres tiennent-ils encore en 2018? Selon nos calculs (voir encadré), les dépenses entraînées par le bal des finissants pourraient se situer entre 510 $ et 820 $.

Une homme et une femmes assis côte à côte.Vanda Racciatti et Robert Daigneault, sont les parents d'une finissante du Collège Louis-Riel. Photo : Radio-Canada

Des parents sous pression?

Les parents ressentent-ils aussi la pression associée à la tradition du bal de fin d’études?

« Tu entends d'autres parents qui dépensent beaucoup plus que nous autres, pis des fois tu te sens comme si tu devrais dépenser plus », constate Vanda Racciatti, mère de Silvia.

Et c’est d’ailleurs pour cela que son mari et elle ont clarifié la question avec leur fille dès le début.

« On a fait une entente avec elle », dit-elle. Silvia doit ainsi payer de sa poche les éléments qui sont optionnels aux yeux de ses parents. « Mais la robe, ça, c'est une chose différente », précise Vanda Racciatti.

« On est les parents, donc on est là justement pour les aider à payer pour les frais que ça implique, la graduation », souligne pour sa part Mélanie Lyrette.

Estimation des dépenses selon nos recherches

  • Robe/Tuxedo - 345 $
  • Souliers - 100 $
  • Coiffure- 30-80 $
  • Corsage 30 $
  • Boutonnière- 15 $
  • Billet pour le bal 50 $
  • Manucure/pédicure - 60 $
  • Maquillage/sourcils - 60 $
  • Bijoux - 50-80 $

Société