•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture soudaine d'une résidence pour personnes âgées d'Asbestos

Le devant de l'édifice de la résidence de l'Or blanc d'Asbestos
La résidence pour aînés de l'Or blanc d'Asbestos ferme ses portes. Photo: Radio-Canada / Christine Bureau
Radio-Canada

La résidence pour aînés de l'Or blanc d'Asbestos ferme ses portes. Les 45 résidents de l'endroit et leur famille en ont été informés mercredi matin.

La nouvelle a été accueillie avec beaucoup d'émotion par les résidents. Les locataires ont six mois pour se trouver une nouvelle résidence. Une douzaine de personnes y travaillent.

« C'est une mauvaise nouvelle. On dirait qu'on vient toute virée à l'envers. Je ne sais plus où me garrocher, où aller », a indiqué avec émotion l'une des résidentes de l'endroit, Louisette Brown.

Je veux avoir encore mon petit chez nous, mais comment faire et où, quand, comment et pourquoi? C'est tout un choc, m'a te dire une affaire, j'ai de la misère à le prendre.

Louisette Brown, résidente

Déjà, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS dit être à pied d'oeuvre pour soutenir les résidents et leur famille. Des travailleurs sociaux étaient présents à la rencontre mercredi matin et une équipe sera responsable de les évaluer au cas par cas. Selon le CIUSSS, l'objectif est de les « guider » vers le meilleur endroit possible. Certains qui voudraient retourner en appartement par exemple pourraient se voir offrir de l'aide à domicile.

Trop de réparations

La résidence de l'Or blanc compte plus de 30 ans d'existence. L'an dernier, son fondateur, Marcel Savoie, est décédé.

« C'est la succession qui a décidé de vendre l'entreprise. Ça, ça a été fait dans un premier temps », explique la liquidatrice de la succession et administratrice de la résidence de l'Or blanc, Mélisa Savoie.

Dans un deuxième temps, on a fait l'étude du dossier. [On a réalisé que] le bâtiment devait se mettre aux normes du code du bâtiment 2010, donc que le bâtiment devait être un bâtiment incombustible, soit être fait d'acier et de béton.

Mélissa Savoie, administratrice, résidence de l'Or blanc

La décision a alors été prise par le nouveau propriétaire de changer la résidence en logements.

« Ça affecte tout le monde, bien sûr, les résidents, les familles et nous. C'est un bâtiment qu'on avait depuis 30 ans, une entreprise familiale », soutient-elle.

Près de 370 fermetures

Le cas de la résidence de l'Or blanc n'est pas unique. Selon le Regroupement des résidences pour personnes âgées du Québec, près de 370 résidences ont fermé leurs portes depuis la tragédie de l'Isle-Verte en 2014.

L'incendie, qui a coûté la vie à 32 personnes, a amené un resserrement des normes de sécurité. Le gouvernement a entre autres forcé les résidences pour aînés à se doter de gicleurs et a mis en place un programme d'aide financière pour les aider à se conformer à cette obligation d'ici 2020.

« C'est un point de rupture qu'on avait vu venir. L'Isle-Verte, pourquoi l'Isle-Verte? Il y a eu là, oui, une règlementation qui est venue s'ajouter pour l'installation de gicleurs. Il y a une aide financière, bien que généreuse, qui n'est pas suffisante. Il reste que c'est des grands, grands coûts pour les petites résidences », déplore Yves Desjardins, président et directeur général du Regroupement.

Les coûts d'exploitation augmentent, ajoute-t-il, mais sans que suivent les revenus des aînés.

« Tout augmente, que ce soit l'électricité, les taxes municipales et même l'épicerie. Ceux qui ont le fonds de pension comme seul revenu ne sont pas en mesure d'assumer les augmentations de loyer pour combler les augmentations de dépenses d'opérations », illustre-t-il.

Estrie

Société