•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Légalisation du cannabis : un danger pour les enfants?

Une femme vue de profil fume un joint sous un ciel bleu.

La protectrice des enfants du Manitoba croit que la nouvelle loi entourant la légalisation du cannabis fera en sorte qu’un plus grand nombre de jeunes se retrouveront avec un casier judiciaire.

Photo : iStock

Radio-Canada

La protectrice des enfants du Manitoba estime que la nouvelle loi provinciale entourant la légalisation du cannabis ne répond pas aux besoins des enfants.

Dans une présentation devant le Comité permanent de la justice du Manitoba mardi soir, Daphne Penrose a soulevé de nombreuses questions au sujet de la nouvelle Loi sur la vente au détail responsable et sécuritaire du cannabis.

Elle croit que la nouvelle loi fera en sorte qu’un plus grand nombre de jeunes se retrouveront avec un casier judiciaire.

« Il n'y a aucune tolérance pour la possession de cannabis avant l'âge de 19 ans; il y a donc un risque de criminalisation des jeunes », affirme-t-elle.

« La criminalisation n'aide pas les jeunes », croit-elle. Elle souhaite donc que la province envisage de donner des amendes ou de confisquer la drogue plutôt que de déposer des accusations.

Une femme avec des lunettes et un veston orange dans un corridor du Palais législatif du Manitoba.

La protectrice des enfants du Manitoba, Daphne Penrose, estime que la nouvelle loi provinciale entourant la légalisation du cannabis ne répond pas aux besoins des enfants.

Photo : Radio-Canada

Elle demande à la province d'élaborer une stratégie d'éducation sur le cannabis spécifiquement pour les jeunes. Elle souhaite également que les mises en garde sanitaires sur les emballages ciblent les jeunes et expliquent les effets que la marijuana peut avoir sur le cerveau en développement.

Daphne Penrose veut que davantage de ressources soient investies dans les services de santé mentale et de lutte contre les dépendances pour les jeunes.

Elle demande à la province d'affecter une partie des recettes de la taxe sur le cannabis au traitement de la toxicomanie chez les jeunes dans les centres urbains et dans les Premières Nations. « Je pense que c'est un investissement important », ajoute-t-elle.

La protectrice des enfants du Manitoba rencontrera la ministre de la Justice du Manitoba, Heather Stefanson, jeudi, pour discuter de ses préoccupations.

La jeunesse à risque, selon Santé Canada

Le 1er mai, le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones a demandé au gouvernement de retarder la légalisation du cannabis pour mieux consulter les dirigeants autochtones qui se disent peu préparés pour la date fatidique.

Santé Canada a rétorqué que le problème réside dans le système actuel. « Retarder la légalisation et la régulation du cannabis ne changerait rien », a-t-il ajouté.

« Le système actuel ne fonctionne pas. Le Canada a l'un des taux les plus élevés de consommation de cannabis chez les jeunes. Le marché illégal prospère, et les Canadiens continuent de faire l'objet de poursuites criminelles pour possession de petites quantités de cannabis », affirme Santé Canada.

Dans le cadre de consultations au Nunavut, le sénateur Dennis Patterson, un membre du comité, dit avoir rencontré des aînés qui s'inquiètent de la corrélation entre le risque de schizophrénie chez les jeunes et l'usage du cannabis.

Il souligne aussi avoir entendu les préoccupations d’élèves du secondaire qui craignaient que la légalisation ne facilite l'accès à la drogue et ne nuise à la fréquentation scolaire.

Santé Canada souligne que le gouvernement avait « mandaté un groupe de travail » en 2016 pour discuter avec plusieurs groupes, dont les gouvernements autochtones, de la légalisation du cannabis.

Le Ministère affirme que des représentants fédéraux ont participé à « au moins 50 rencontres avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis du Canada, avec des chefs, des aînés, des fournisseurs de services et d'autres experts de tous les secteurs » au cours des derniers mois.

Manitoba

Drogues et stupéfiants