•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Des orignaux ont trouvé refuge sur un pont de l'autoroute transcanadienne, près de Fredericton.

Des orignaux ont trouvé refuge sur un pont de l'autoroute transcanadienne, près de Fredericton.

Photo : CBC/Shane Fowler

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les catastrophes naturelles mènent à un exode de résidents, mais aussi d'animaux sauvages, et les inondations au Nouveau-Brunswick n'ont pas fait exception.

Régulièrement, depuis que le fleuve Saint-Jean est sorti de son lit, des orignaux ont été observés sur des routes où ils ont trouvé refuge pour échapper à la crue des eaux.

Deux jeunes orignaux semblent même avoir élu domicile sur le pont de la Transcanadienne à Jemseg, l’un des secteurs les plus touchés par les inondations, à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Fredericton.

Les orignaux sont affaiblis et émaciés.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les orignaux sont affaiblis et émaciés.

Photo : CBC/Shane Fowler

Le pont est désert depuis la fermeture de la Transcanadienne entre Fredericton et Moncton, jeudi soir dernier, à cause de la montée des eaux.

Les animaux sont couchés sur l’asphalte la plupart du temps. Ils paraissent faibles et émaciés.

« Ils sont couchés là depuis quelques jours. Ils ne peuvent pas vraiment se nourrir parce qu’ils ne peuvent descendre pour aller brouter. Il y a trop d’eau et pas assez d’endroits au sec [pour leur permettre de s’alimenter] », affirme Billy Wagstaff, un garde-forestier.

Le garde-forestier Billy WagstaffAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le garde-forestier Billy Wagstaff a tenté de chasser les orignaux du pont, sans succès.

Photo : CBC/Shane Fowler

Il est arrivé à chasser un troisième orignal du pont il y a quelques jours, en direction d’une forêt qui n’était pas inondée, mais les deux restants refusent obstinément de bouger, peut-être parce qu’ils sont trop faibles, selon lui.

Nous avons essayé hier [...] Ils ont marché très, très lentement et ont fini par se coucher devant moi.

Une citation de : Billy Wagstaff, garde-forestier

À Sheffield aussi

Non loin de là, dans la localité voisine de Sheffield, trois orignaux se sont réfugiés sur le terrain d’une maison entourée d’eau.

Selon la propriétaire, Anne Bridges, le trio - un mâle, une femelle et un jeune orignal - s'est éloigné à quelques reprises ces derniers jours, mais a toujours fini par revenir. Les orignaux se tiennent près de sa maison, de l’eau jusqu’aux genoux.

Ces orignaux restent sur un bout de terrain resté au sec, à côté de la maison d'Anne Bridges, à Sheffield. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ces orignaux restent sur un bout de terrain resté au sec, à côté de la maison d'Anne Bridges, à Sheffield.

Photo : Gracieuseté Anne Bridges

« Ils cherchent à manger n’importe quoi, dit-elle. J’ai des érables, des buissons… »

Elle ne peut elle-même quitter sa maison que par bateau.

Quelques jours de répit

Les agents de conservation de la province devront trouver un moyen de déplacer les orignaux qui se trouvent toujours sur le pont de la Transcanadienne à Jemseg avant la réouverture de l’autoroute. En dernier recours, ils pourraient devoir être abattus, reconnaît Billy Wagstaff.

Quatre orignaux qui marche le long du fleuve Saint-Jean au Nouveau-Brunswick.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Au Nouveau-Brunswick, le niveau de l'eau continue de monter et désoriente la population tout comme ces quatre orignaux qui marchent le long du fleuve Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Une solution consisterait à les nourrir pour leur donner la force de partir, mais d’expérience, M. Flagstaff sait que les orignaux préfèrent trouver leur propre nourriture.

Les bêtes disposent tout de même d’un certain répit puisqu’il faudra sans doute quelques jours pour enlever tous les débris qui se sont accumulés sur l’autoroute inondée.

D'après un reportage de Shane Fowler, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !