•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première cohorte d'élèves autochtones en forage au diamant voit le jour à Val-d'Or

Les étudiants et dirigeants de la cohorte de forage au diamant pose tous ensemble en groupe.

Une première cohorte en forage au diamant, composée uniquement d'élèves autochtones, voit le jour à Val-d'Or.

Photo : Facebook : CFP Val-d'Or

Radio-Canada

Le Centre de formation professionnelle de Val-d'Or (CFP) a annoncé cet après-midi la formation d'une première cohorte en forage au diamant, composée uniquement d'élèves autochtones.

Un texte de Thomas Deshaies

Il s'agit d'une initiative du Centre régional d'éducation des adultes de Lac-Simon, le CRÉA Kitci Amik de Lac-Simon, qui a assuré le recrutement des candidats et dispensé une préformation.

Les huit élèves suivront une formation de 15 semaines et feront leurs stages au sein de l'entreprise Forage Orbit Garant, sur le site de la mine Lamaque d'Eldorado Gold. La démarche est donc le fruit d'une collaboration entre plusieurs entités.

Pour le directeur du Centre de formation professionnelle de Val-d'Or, Jason Yergeau, il est important d'avoir une approche qui considère les particularités culturelles des membres des Premières Nations.

On parle beaucoup de sécurisation culturelle chez les peuples autochtones et on voulait mettre cela en place, explique-t-il. Leur style d'apprentissage diffère un peu de ce qu'on voit habituellement dans nos classes dites plus régulières.

Jason Yergeau

« On voulait s'assurer d'une bonne persévérance, d'un taux de succès à 100 %. La préparation a été numéro un, donc ça augure bien pour la suite », ajoute Jason Yergeau.

Bâtir des ponts

Pour le directeur général d'Eldorado Gold Lamaque, Sylvain Lehoux, il s'agit d'un partenariat gagnant-gagnant. « On nous dit depuis un bout de temps qu'il y avait peut-être de la main-d'œuvre disponible à Lac-Simon », explique-t-il.

Ouvrons les chemins, bâtissons un pont solide pour que cela fonctionne. On est tous de la même région.

Sylvain Lehoux

Le président et chef de la direction de Forage Orbit Grant, Éric Alexandre, se réjouit lui aussi de la mise sur pied de cette première cohorte.

« C'est un bon début, parce que tout le monde met l'épaule à la roue et donne une formation qui est très attirante, très intéressante pour les étudiants », souligne-t-il.

Darius Brazeau, l'un des élèves, se dit satisfait du programme de formation jusqu'à présent.

On en apprend beaucoup, témoigne-t-il. On se connaît tous, et c'est le « fun » de travailler avec du monde qu'on connaît.

Darius Brazeau

Le CFP envisage d'offrir d'autres programmes de formation avec des cohortes composées uniquement de membres des premiers peuples.

Abitibi–Témiscamingue

Éducation